Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 09:34

À Caroline, dont le regard perdu m'inspira tant pendant ces longues heures de philo où le plaisir d'apprendre a été remplacé par le bourrage de crâne.



« Je me fais chier T.T »
J'avais toujours admiré l'efficacité des petits mots d'Hélène. Clairs et concis, griffonnés le plus souvent dans la marge de son cahier, elle me les indiquait généralement d'un coup de coude. Ils résumaient toujours à merveille ce sentiment ambiant qui commençait à nous envahir : l'ennui profond. Le léger rire plus ou moins discret qui commença à s'emparer de nous fut assassiner en un quart de seconde par un regard moralisateur et furibond de Barbara. C'était le type de fille qui se prenait parfois pour votre mère, et dont les sourcils froncés semblaient constamment vous brailler « mais vous vous foutez de la gueule du monde vous deux ou quoi ? Le cours a commencé depuis seulement vingt minutes ! »
Dix-neuf minutes pour être précis, remarquais-je en observant ma montre dont le tic-tac discret des aiguilles n'était audible qu'en se la collant à l'oreille. Je m'empressais d'ailleurs de le faire, tout est bon à prendre quand on s'ennuie.
-« Dites-donc, si vous voulez capter des ondes, n'hésitez pas à me demander une antenne. »
Je me rendis compte qu'effectivement, ma position avait quelque chose de légèrement stupide. Je bredouillai aussi sec quelques vagues mots d'excuses au milieu des rires de la classe, rires totalement ignorés par la professeur reprenant son cours. Kant, Descartes, Platon... qu'ils réinventent le monde ou fassent un barbecue, ces gars-là ont toujours eu un pouvoir soporifique surhumain. Comment quelqu'un, même professeur, peut-il s'intéresser à ça ? Comment cette personne peut-elle croire rationnellement pouvoir intéresser avec un truc pareil trente pauvres élèves innocents ? C'est des questions comme ça que l'on devrait poser au baccalauréat. Ah ! Ça y est. Il était seize heure vingt...
Dans deux minutes, il allait être dix-huit heures cinquante-cinq. Dans cent vingt secondes, ça sonnerait. Dans mille deux cent dixièmes de secondes, nous allions être libre. L'heure fut longue et douloureuse. Mes yeux étaient passés inlassablement de ma montre à la pendule au-dessus du tableau. Hélène avait craqué, elle était étalée sur sa table comme une vieille serpillière, je l'ai secouée pour voir si elle était encore vivante, mais je n'ai récolté qu'un grognement. Par contre, Barbara gratte toujours au rythme du débit impressionnant de la professeur. J'avais noté un mot sur un dix, et passé le reste du temps a essayé d'imaginer le temps qu'il pouvait faire dehors, toutes les fenêtres de notre classe étant condamnées. Il restait dix secondes, ça me semblait le bout du monde, j'avais les paupières lourdes qui tentaient de se refermer sur mes yeux fixés sur la pendule de la classe, je réprimai un ultime bâillement. Cinq. Quatre. Trois. Deux. Un. Deux. Quoi ?
Je cligne plusieurs fois des yeux. Je n'ai pas déliré. L'aiguille vient de partir à l'envers. Elle vient de s'élancer en sens inverse sur le cadran, au même rythme qu'habituellement. Il n'y a pas eu de sonnerie. Pourtant cet après-midi encore, elle fonctionnait parfaitement. Il était maintenant dix-huit heures cinquante-quatre, et la prof continuait inlassablement à débiter son cours. Je me retourne, je ne suis pas le seul à l'avoir remarqué, la moitié de la classe affiche un rictus d'incompréhension. Dimitri lève la main. Toujours à coté du chauffage, ce gars était l'exemple typique de celui qui vient juste parce que c'est obligatoire. Pour tout dire, je ne l'ai jamais vu prendre une seule note.
-« Vous voulez nous rappeler en quoi consiste la thèse existentialiste de Sartre, Dimitri ? »
-« Pas vraiment madame. C'est juste pour vous dire que ça a sonné depuis deux minutes. »
Elle se retourne vers la pendule d'un geste machinal.
Dans deux minutes. Ne jouez pas avec les mots s'il vous plait, et reprenons. »
-« Oui mais non, parce que, c'est-à-dire qu'en fait l'heure va à l'envers... depuis deux minutes. »
Un ange passe, suivi rapidement de la remarque sarcastique de la professeur comme quoi, à l'envers ou à l'endroit, son carnet de correspondance va vite se retrouver sur son bureau s'il ne se calme pas. Puis elle reprend son cours, accompagnée des élèves comme Barbara visiblement toujours aussi passionnée par ce qu'elle raconte.
On a tous passé environ dix minutes à attendre que la professeur s'écrie que c'était une blague, une caméra cachée ou je ne sais quelle stupidité. Rien du tout. J'ai secoué un peu brusquement Hélène. Mgrmgn ! Je l'ai secoué plus brusquement.
-« Mais-euh... » bâille-t-elle à s'en décrocher la mâchoire. « Je dormais bien. Qu'est-ce qu'il se passe ? »
J'ai décoché un large sourire d'excuse à la professeur en guise d'excuse pour le volume sonore abusé avec lequel Hélène venait de s'exprimer. J'ai essayé de lui expliquer, mais elle ne m'a finalement cru qu'une fois la fameuse aiguille farceuse aperçue.
-« Qu'est-ce que... »
-« Chut !!! »
-« Qu'est-ce que c'est que ce délire ?! »
-« Je ne sais pas. Mais c'est aberrant. »
-« Une seule solution : se rendormir ! » conclut-elle avant de se plonger à nouveau la tête dans les bras. Tête qu'elle releva après une minute d'attente de ma part durant laquelle j'écoutais atterré l'ego cartésien être expliqué par la bouche de la professeur.
-« C'est malin, j'ai trop récupéré, j'arrive plus à me rendormir. »
Nous passâmes quelques minutes à regarder dans le vide, les mots de la professeur entrant par une oreille pour ressortir par l'autre. Hélène m'expliqua que si je l'avais laissée roupiller, je lui aurai évité pas mal d'emmerdements. Une foule de chuchotements commençaient à s'élever dans la classe. Elle monta crescendo, comme si tout le monde trouvait que la plaisanterie avait assez duré, les plus courtes étant les meilleures. Probablement pas l'avis de la professeur qui nous hurla de cesser immédiatement ce vacarme et qu'on pourrait parler entre nous à la pause, ce qui fit marrer pas mal d'élèves.
Les minutes qui suivirent furent très, très, très dures à supporter. Je pensais habituellement qu'on ne pouvait pas plus s'ennuyer que lors d'un cours de philosophie. J'avais tort. Un cours qui, en plus, n'a pas de raison d'être, est bien pire. Alors que les informations que nous balançait la professeur semblaient d'habitude juste totalement inintéressantes et barbantes, celles-ci, de par leur absurdité totale, semblaient être de véritables punitions. Socrate et ses apôtres me tapaient sur le système au sens propre comme au figuré. Comme si leurs citations trop longues pénétraient dans ma cervelle et l'emplissaient petit à petit pour finalement les faire exploser. Dix-huit heure dix. C'était insupportable. La sonnerie de dix-huit heures avait fonctionné il y a deux heures, pas de doute. Pour toute la classe, hormis Barbara, c'était la corde de sortie. Nous priions tous pour que l'aiguille accélère sa course inversée. À nouveau, nos yeux étaient tous rivés sur la pendule. Cinq minutes. Deux minutes. Cinq secondes. Deux secondes. Rien.
Ça n'a pas sonné. L'aiguille part maintenant vers les dix-sept heures. Non. Non, non et non.
-« Merde ! »
Dimitri vient de pousser violemment sa table.
-« C'est quoi ce délire putain !? J'en ai ras-le-cul, je me casse ! »
D'autres élèves décident de se lever avec lui, eux aussi à bout.
-« Rasseyez-vous tout de suite ! Donnez-moi votre carnet ! »
L'ignorant totalement, le groupe se dirige vers la porte et abaisse la poignée. Bloquée. Ils secouent la porte, mais rien n'y fait.
-« Rasseyez-vous immédiatement ! »
-« Laissez-nous sortir ! Vous n'avez pas le droit ! »
-« Il est seulement dix-huit heures, retournez à votre place ! »
-« Il n'est pas dix-huit heures mais vingt heures madame ! » s'écrie un délégué qui semble paniquer. « Que votre pendule le veuille ou non ! »
-« Donnez-moi votre carnet ! »
Dimitri prend un peu d'élan puis fonce sur la porte dans laquelle il décoche un formidable coup de pied ne changeant absolument rien. La professeur continue d'hurler, tout le monde commence à s'inquiéter.
-« Vous voulez jouer à ça ?! »
Dimitri ne se calme pas, va d'un pas décidé attraper une chaise et la jette contre une fenêtre.
Aucun débris de verre ou de la planche de bois qui condamne la fenêtre. La chaise s'était cognée à celle-ci comme à un mur, était retombée sur une table puis au sol en emportant quelques trousses et cahiers dans un vacarme sourd. L'unique bruit que nous avions désormais dans nos tympans était cet étrange sifflement aigu qui résonne dans les longs silences. Tout le monde s'est retourné lentement vers la professeur dans l'attente d'une explication un tant soit peu rassurante. « Donnez-moi vos carnets et allez vous rasseoir » dit-elle d'un ton sec. Tu le veux mon carnet ?! beugla en réponse Dimitri en s'avançant vers elle. Il avait ce regard de l'animal à la fois fou et apeuré, qui vient de comprendre que malgré ses coups de griffes, les barreaux ne céderaient pas. Il l'aurait frappée, il l'aurait battue, il l'aurait étranglée, mais ça ne lui laissa pas le temps. Telle une marionnette dont on lâcherait soudainement les fils, Dimitri s'écroula au sol sans qu'aucune partie de son corps ne réagisse. Son corps resta ainsi étalé au sol je ne sais combien de temps sans qu'un aucun mouvement ne l'agite, juste des espèces de cris étouffés. Ce fut vraiment lâche de ma part de mettre autant de temps à réagir. Il fallut attendre que j'aperçoive une flaque de sang venant de son visage pour que je me lève, presque par réflexe, et aille le relever. Ses jambes ne lui servaient plus à rien, ses bras se balançaient dans le vide, son nez cassé pissait le sang qui coulait jusqu'à sa bouche, noyant ses hurlements qui semblaient ceux d'une poupée au mécanisme cassé. Finalement, d'autres élèves s'attroupèrent autour de nous deux. Sa voisine de table m'aida, toute tremblante, à le remettre à sa place. Puis tout le monde alla se rasseoir, le bruit de nos pas n'étant couvert que par le fou rire nerveux qui venait de saisir Hélène. La professeur nous a demandé de nous taire, nous nous sommes tus, le cours a repris.
Ça peut paraître drôle, mais on a tous commencé à prendre des notes sagement. C'était des gestes totalement instinctifs, troublés par les tremblements qui nous agitaient tous. Même Barbara était agitée de tics et avait des larmes glacées qui lui coulaient sur les joues.
Au bout de vingt minutes, j'ai commencé à reprendre le contrôle de moi-même et j'ai lâché mon stylo. Le plus flippant est que la professeur ne m'a rien dit. On était dans un cours habituel. Totalement habituel. La professeur récitait son cours normalement, le bruit des stylos grattant les feuilles s'entendait de toute part, la lampe artificielle cassée clignotait frénétiquement au-dessus de nous, j'ai eu envie de parler à Hélène mais on a eu droit à un « si vous avez quelque chose d'intéressant à dire, n'hésitez pas à en faire profiter la classe », je prenais quelques notes pour faire semblant que j'écoutais le cours, il m'a même manqué de l'encre et j'ai dû changer de cartouche. Pendant que je dévissais mon stylo, je sentais que la peur s'effaçait pour redonner place à l'ennui. S'il suffisait de ne pas agresser la prof, je ne risquais pas de finir dans l'état d'assisté de Dimitri qui avait arrêté d'émettre des sons depuis quelques instants, et, immobile, était forcé de suivre le cours comme tout le monde. L'aiguille s'était arrêtée à seize heures avant de repartir dans le bon sens. Nous étions tous bloqués. Nous n'avions ni faim ni soif. Nous nous ennuyions juste terriblement. J'ai mis ma main dans ma trousse. Et là, je l'ai sentie plongée dans un océan d'objets diverses. Je l'ai retirée, j'ai choppé ma trousse et je l'ai retourné dans les airs. Un raz-de-marée de stylos, cartouches, effaceurs, crayons à papier et autres a déferlé depuis la fermeture éclair entrouverte, sans s'arrêter, jusqu'à ce qu'au bout d'une minute je remette ma trousse à l'endroit. J'en avais plein ma table et mes pieds. Personne n'y avait prêté attention, sauf Hélène dont les yeux étaient ronds comme des soucoupes. Le reste de la classe ne cherchait même plus la logique des choses, et écrivait machinalement, plus ou moins selon l'élève. Hélène fouilla dans son cartable et en ressortit notre gros livre de philosophie. Elle commença à tourner les pages. Et plus elle tournait, plus il y en avait. Deux cent cinquante-six... trois cent quatre-vingt quatorze... cinq cent deux... sept cent quatre-vingt neuf... Les numéros de page défilaient sous nos yeux sans arrêt. On pouvait refermer le livre. Mais aussi improbable que cela soit, on ne pouvait pas arriver à la dernière page. Finalement, elle arrêta d'aller de plus en plus loin et le referma. Il n'y avait plus rien à faire. Tous les mots de la professeurs semblaient se répéter inlassablement, et je m'ennuyais, je m'ennuyais, je m'ennuyais, je m'ennuyais, je m'ennuyais, je m'ennuyais. Je me suis endormi.
J'ai été réveillé par une feuille tombée sur ma tête. Je levai la tête, la professeur était déjà au bout de la rangée à continuer à distribuer ses feuilles et parlait comme si de rien n'était. Mon premier réflexe fut de regarder ma montre. Mais oui ! Ma montre. Est-ce qu'elle était aussi « prisonnière du temps » ? Trois heures quarante-sept. Je regardai avec espoir la pendule de la classe. Seize heures treize. Ma montre était donc en réalité mon unique attache hors de ce cauchemar. Je saisis la feuille qu'on venait de nous distribuer. « Obéir aux lois, est-ce renoncer à la liberté ? Vous avez quatre heures, bonne chance. » Qu'est-ce que je devais faire ? Je n'avais seulement que quelques connaissances approximatives à ce sujet. Fallait-il prendre le risque de ne rien faire ? Personne n'osa dans la classe. Il était sept heures quarante-sept à ma montre lorsque la professeur ramassait les dernières copies. Puis, aussitôt, elle nous demanda de ressortir nos cahiers et de prendre des notes. Le cours reprit.
J'avais tort. L'ennui n'est pas juste un sentiment destructeur. C'est une torture, un supplice. Une douleur indescriptible aussi physique que morale. D'après ma tocante, nous avions alors passé une journée d'école normale, soit huit heures-dix-neuf heures, dans la même salle, à écrire et écrire. Nous ne ressentions toujours ni faim ni soif, juste l'ennui. Hélène, sur son cahier, dessinait des illustrations qui me permirent quelques sourires. Il y avait pleins de bonhommes avec nos coupes de cheveux qui se suicidaient de pleins de manières différentes et hurlant des « j'en ai marre !! », « libérez-nous !! » et autres. Je sentais mon corps s'amollir. Comme s'il m'ordonnait de me lever, de bouger, comme si cette immobilité me compressait petit à petit sur moi-même.
Huit sur vingt. Votre méthode est bonne, mais révisez vos bases. Les notes sont tombées une à une sur nos tables. C'était absurde. Ce matin, elle avait ramassé les feuilles, les avait posées sur son bureau et n'y avait pas touché de la journée. Comment ces corrections avaient-elles pu s'inscrire sur la copie ? Ça ne gênait visiblement pas la professeur qui distribuait toutes les copies, jusqu'à s'arrêter soudainement avant de donner la dernière.
-« Et maintenant, la meilleure note de la classe : Barbara, dix-huit sur vingt ! Bravo Barbara. »
-« Oui bravo ! »
Nous nous retournâmes tous. La voix venait de derrière. Une voix très grave et rauque. La porte. La porte était ouverte. La voix venait de là. Personne n'osa en profiter pour essayer de sortir. On s'imaginait tous un gigantesque bonhomme dont les bras musclés auraient du mal à entrer. Mais pas du tout. Ce fut une espèce de grande tige, un type d'environ deux mètres tout maigrelet qui arriva. Il était blond et ses yeux étaient d'un bleu éclatant. Il s'approcha de la professeur et saisit la copie. On s'en voulait tous de ne pas avoir les couilles de sortir en courant, la porte grande ouverte. Mais à quelques mètres de celle-ci se tenait l'immobile silhouette de Dimitri qui s'était remis à pousser des cris animaux.
-« C'est excellent tout ça cocotte ! Allez, range tes affaires et suis-moi. »
Barbara ne se fit pas prier, et cela était sûrement plus par peur que par tout autre sentiment. Elle suivit cet étrange énergumène, alla dans le couloir avec lui, et il referma la porte après nous avoir jeté un clin d'œil suivi d'un « soyez sages et travaillez bien ». À la simple vue de la porte, nous devinâmes que peu importe les efforts que nous ferions, celle-ci serait à nouveau infranchissable.
Tous les cinq jours, nous eûmes droit à d'autres contrôles. Malheureusement, les résultats ne furent visiblement jamais assez satisfaisants pour que l'on vienne faire sortir l'un d'entre-nous d'ici. Le reste du temps, nous avions cours. Combien de minutes, d'heures, de jours passâmes-nous ainsi ? Je ne mesurais plus que rarement le temps avec ma montre, mais le faisais surtout avec mon propre dépérissement. J'avais l'impression que chaque jour, je gagnais dix ans de plus. J'avais mal partout, mes muscles gémissaient et en même temps, je sentais mes forces disparaître petit à petit. L'ennui allait me tuer. Il dévorait déjà Hélène. Ses messages à mon égard griffonnaient sur son cahier se raréfiaient. Ces personnages couraient dans les rues, casser des murs de leurs propres mains. Et puis surtout, il y avait ce dragon. Il revenait un dessin sur deux. Il brisait les fenêtres de la classe, tous les élèves montaient sur son dos, et il s'envolait haut dans le ciel. Et je voyais à ses regards perdus dans le vide vers les fenêtres condamnées qu'elle attendait le dragon, qu'elle y croyait de plus en plus. Et soudainement, la professeur tapait sur la table, elle revenait à la réalité, et je la laissais tenter vainement de rattraper son retard en copiant sur mon cahier.
Au bout de plusieurs semaines, j'ai commencé à suivre les cours. À me focaliser sur chaque mot de la professeur. L'ennui m'y forçait. Un élève n'écoute jamais de plein gré, il capitule. Il n'a que deux choix : écouter ou se laisser tuer d'ennui. Le couteau sous la gorge, j'ai abdiqué. Mes prises de notes étaient devenues agréables à lire. Rien ne m'échappait, je comprenais tous les sujets et levais la main de plus en plus. Durant les contrôles, j'étais beaucoup plus confiant. D'ailleurs, mes notes s'amélioraient, et j'en étais très fier. C'est très plaisant d'étudier lorsqu'on s'intéresse un minimum à ce que l'on fait.
La professeur m'a rendue ma copie. Quinze. Ma meilleure note. Elle avait mis « peut mieux faire » et j'étais tout à fait d'accord. Mais je savais très bien ce qui m'avait gêné. Durant tout le contrôle, Hélène avait fait chier toute la classe sans même s'en rendre compte, en retirant et remettant le bouchon de son stylo-plume dans un cliquetis infernal. Pourrait-on refaire un contrôle madame ? Là, maintenant. Je veux vous prouver que je vaux mieux que ça. Elle accepta. De nul part, elle nous sortit d'autres copies qu'elle distribua à tous. Je fis un devoir excellent. La règle était simple : ne te laisse déranger par rien, reste fixé sur ton objectif. J'avais même vu le délégué tricher et l'avais oublié aussi vite. Je ne pourrai dire combien d'heures plus tard la professeur nous rendit les copies. Ma montre ne fonctionnait plus, plus de piles, tant pis, de toute manière je pouvais utiliser habilement les trois heures de la pendule pour m'organiser durant les contrôles. Bref, je pris mon devoir entre les mains. Dix-huit ! Oui ! Je les avais eu !
-« Je suis très fière de vous annoncer qu'un autre de vos camarades va être cherché. »
Fier comme un paon, j'attendais qu'elle m'appelle. Mais c'est le délégué qu'elle nomma. Ce crevard avait eu dix-neuf.
-« Non madame ! Il a triché ! » m'écriai-je aussitôt.
-« Comment ? »
-« Je peux vous l'assurer, je l'ai vu sortir une anti-sèche de sa trousse durant l'interrogation ! »
« Je vois. Tu as bien mérité un point en plus. »
Le grand blond rentra brusquement dans la classe. Il alla me voir en souriant et me dis « lève-toi, on y va ». Je rangeai mes affaires et me levai, rayonnant. Alors que je passais une dernière fois entre ces tables, je vis mon guide jetai un regard furieux sur le délégué qui le méritait bien. « Travaillez bien » dit-il en posant sa main sur la poignée. La dernière image que j'eus de la classe fut le délégué s'écroulant sur sa chaise.
Dieu comme le couloir était lumineux. La lumière semblait presque d'or. Seuls les escaliers sur le coté des extrémités du couloir semblaient peu éclairés. Heureusement, nous n'y allâmes pas. Je suivis mon guide, débordant d'impatience de savoir où il m'emmenait. C'est finalement devant une porte en bout de couloir qu'il s'arrêta. « Voici ta nouvelle demeure » me sourit-il en ouvrant la porte. Je fus tout d'abord aveuglé par les rayons du soleil qui dépassaient des fenêtres. Non, celles-ci n'étaient pas condamnées. Et c'était tout. C'était l'unique différence. Quelqu'un parlait à une dizaine d'élèves, dont Barbara, qui retranscrivaient soigneusement les dires. J'ai eu un haut-le-cœur indescriptible, mais je ne trouvais que de la bile à recracher. Tout est devenu atrocement flou. Je me suis retourné et, sans même réfléchir, j'ai couru vers les escaliers. Je crois que quelqu'un a crié, mais je n'en suis pas sûr. Tout était soudain sombre et confus, je descendais les marches à un rythme fou, mais elles semblaient aussi interminables que les pages du livre. Au loin, une porte. J'ai pensé à Hélène. À Dimitri, à Barbara, au délégué, à tous les élèves. J'ai juré que si j'arrivais à sortir, je reviendrais un jour, les sauverais tous et fouterais le feu à ce Guantánamo junior. J'ai poussé la porte. Libre.
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Nere le 4/4/2010, 13:08

J'ai beaucoup aimé ! T'as très très bien amener l'irréel, avec quelques maladresses cependant, la fin notamment, que tu aurais pu mieux rédiger je trouve.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Aryko le 4/4/2010, 14:12

J'ai beaucoup aimer (je suis en pleine révision aussi ^^), et je trouve que c'est en fait très réaliste (de manière imagé bien sur), que ça décrit très bien ce en quoi consiste l'éducation.
D'ailleurs t'y as "intelligemment" réfléchis avant de l'écrire ou tu t'ai juste dit "tiens je vais écrire l'histoire d'un court qui ne finis pas" ?
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 17:42

Nere Merci ! N'hésite pas à être plus précis dans tes critiques ! ^^

Aryko Sans que je ne me sois penché attentivement sur chaque mot et virgule (ce qui m'arrive très souvent), j'y ai quand même beaucoup beaucoup réfléchi !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Aryko le 4/4/2010, 18:09

Je peut disséquer ton texte ?
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 18:17

Ce serait un immense honneur ! Very Happy

Après, préfères-tu que je dise ensuite si ce que tu dis est voulu de ma part, ou préfères-tu que je te laisse ta propre vision de l'œuvre ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Aryko le 4/4/2010, 18:20

oui-oui (et sa voiture jaune et rougeuu, touiptouiptouip) tu pourras toi aussi commenter mon commentaire de ton texte, que je commenterais a mon tour, et ainsi de suite jusqu'à ce que mort s'en suive (et mort s'en suivra).
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 18:24

Avec grand plaisir !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Nere le 4/4/2010, 19:13

La lumière notamment, je trouve ça un peu trop facile le "coup de la lumière aveuglante". On reste un peu trop sur sa faim/fin.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Aryko le 4/4/2010, 19:36

Alors, par ou commencer ..., c'est dur parceque la description est éparpiller dans tous le texte, rooo et puis zut alors (non mais ho, fichtre à la fin) je vais faire comme pour un commentaire de texte.
*s'éclaircit la gorge*

Dans une société où le travaille est le centre de toutes les préoccupations et est l'élément qui permet de différencier les gens qui ont "réussis" de ceux qui n'ont "pas réussi", il est normale que l'éducation occupe elle aussi une place importe, dans la société et dans les mentalité. Cependant, cette place, ou plus exactement l'ampleur et la forme qu'elle prend est souvent contester (tout comme celle du travaille). Surtout par ces sales mioches de "kikoulol" qui sont de véritable rebelle de la société et qui dise sans peur zut a ce système à la noix. C'est surement dans cet état d'esprit que notre cher ami Kevin écrivis sa merveilleuse nouvelle qui séduit depuis de nombreuse années (oui parce que t'es riche et célèbre en fait) les générations successif de kikoulol qui n'y comprennent pas grand chose mais qui trouve que putain il trop raison quoi ! Mais en quoi ce chef d'oeuvre qu'est "si toi aussi tu t'ennuies, fait une croix" dénonce t'il une éducation absurde ? Est ce un cri de détresse ? Où un message codé pour l'une de ses innombrables maitresses (oui, parce que t'es riche, célèbre, et blindé de maitresses en fait) ? Pour répondre à c'est question plus pertinente les unes que les autres, nous commencerons par organiser une crêpes-parti (ça consiste en manger des crêpes au sucre en dansant sur du 2B3 tout en étant habillé en jockey, c'est une méthode pédagogique pour motiver les élèves, après ils sont ravies de se rhabiller normalement, d'éteindre la musique et d'étudier), puis nous tenterons de répondre à la question, enfin, et dans un dernier temps, nous adapterons notre démonstration a un publique plus con que la moyenne, histoire que les kikoulols comprennent de quoi ils parlent quand ils affirment que putain il à trop raison quoi.

Je le ferais plus tard. c'était juste la bande annonce
mwahaha.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
fonetik vɛ̃kra
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 19:37

Nere Par pitié, peux-tu éviter ce terme "trop facile" que je déteste. >< On écrit pas une histoire comme on finit un niveau de jeu vidéo ! Je ne cherche pas à faire facile ou difficile, juste à faire passer ce que j'ai en tête !
Donc franchement, où est le problème qu'il soit aveugler par une lumière ?

Et de quoi avais-tu faim ? ^^

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 19:40

Euh... tu me compares à un kikoolol ou j'ai mal compris ? xD

Sinon cette bande-annonce donne le vin à la bouche (oui l'eau c'est pour les pauvres et je viens d'apprendre que j'étais riche)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Aryko le 4/4/2010, 19:44

mais nonnnnn, ne t'inquiète pas, c'est juste qu'a chaque fois que je pense a une quelconque contestation j'imagine des vrai gros rebels, que sont les kikoulols, débattre ensemble (qui ce fini inévitablement par t'façon c'est qu'un système pourri, ouais t'as trop raison ... t'as pas une playstation ?), c'était juste histoire de dire quelque chose.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
fonetik vɛ̃kra
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 20:00

Bah de toute manière c'est sûr qu'on est dans un système merdique dirigé par des gros pourris uniquement attirés par le fric et que tous les gens sont des gros cons donc de toute manière...

Je rigole ! ><

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Nere le 4/4/2010, 20:02

Ben désolé mais c'est le cas. Le reste de l'œuvre est trop travaillé pour finir sur un "aveuglé par la lumière du dehors, il se cassa, et jura qu'il reviendrait".
En fait, le côté "je vais vous sauver" est lui aussi de trop. Ce serait plus intéressant s'il y avait + de flottement à la fin, qu'il n'y est pas autant de certitudes sur ce qui s'y passe.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 4/4/2010, 20:10

Non mais dites donc ça c'est totalement personnel ! xD C'est pas du tout objectif comme critique, je fais la fin que je veux ! xD

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Nere le 4/4/2010, 20:26

Ben non, c'est vrai. Ce serait mieux.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 5/4/2010, 08:48

TU préfererais, mais pas moi. Point. xD

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Nere le 5/4/2010, 16:24

Bon, ben alors explique moi pourquoi as tu choisis une "fin courte" =)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 5/4/2010, 16:37

Les magiciens ne révèlent jamais leurs secrets ! 8P

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Nere le 5/4/2010, 16:40

Ben moije trouve ta fin baclée.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Aryko le 5/4/2010, 16:42

Il dit qu'il est nul ton tour de magie.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
fonetik vɛ̃kra
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Fou le 5/4/2010, 16:45

Je te jette un sort sale Moldu !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Nere le 5/4/2010, 16:45

Ben ça n'arrange en rien ta fin, décevante à mon goût comparée au reste de l'oeuvre.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Aryko le 5/4/2010, 16:50

Il dit que ça fait "Plouf" à la fin.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
fonetik vɛ̃kra
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Si toi aussi tu t'ennuies, fais une croix / Absurde

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum