Contemplation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contemplation

Message par Lyryana le 28/4/2010, 13:32

Enfin, après je ne sais combien de mois d'abstinence.


Nulle esquisse, nul pinceau ne saurait définir avec exactitude quelle beauté je retrouve dans son corps aux membres déliés, à la peau douce, blanche, lisse, opalescente. Un torse de jeune homme, allongeant son dos splendide d'adolescent sur mon lit comme une perle se logerait dans un écrin. Mes yeux ne peuvent cesser de dévorer cet espace si dépourvu d'imperfection, qui trace la ligne entre son menton imberbe, d'une rondeur tendre, et sa poitrine qui se soulève lentement. Nul mot, non, nulle impression ne saurait retranscrire l'adoration que je voue à ce jeune Apollon qui partage ce soir ma couche. De son jeune âge, il honore mes draps, il m'offre sa présence et son corps tout entier. Je le vois exhaler sa respiration en une cadence régulière, tempérée, entre ses deux lèvres intouchées, roses comme les pétales d'une fleur naissante, que le soleil n'a pas encore abîmé. Je contemple le léger duvet qui recouvre sa lèvre supérieure, remonte doucement mon regard sur le nez fin, merveilleusement proportionné, aux narines largement ouvertes dans lequel rentre et sort le souffle de vie. Ses beaux yeux, d'un brun profond et uni comme du chocolat, sont clos par ses paupières apaisées, bordées de longs cils, si longs qu'on les prendrait pour ceux d'une femme. Ils ombrent légèrement la peau de ses joues, dont on ne sait trop bien si elles sont celles d'un enfant ou d'un adulte. Elles semblent en pleine métamorphose, dans un ovale émouvant et difficile à décrire. Sa belle tête penche sur le côté, s'appuyant sur son bras détendu, dont la main pend dans le vide. Ses belles et grandes mains, si maigres, si longues, qu'elles sembleraient infinies; des mains de musicien, d'artiste, pleines de souffrances et de passions. Son autre main se tient posée contre son corps, près de la hanche; mes yeux ne peuvent aller plus loin, il a gardé son jean. Je regarde son nombril, pareil à un minuscule volcan dans une étendue lisse et soyeuse, dans lequel le doigt s'enfonce avec tendresse lorsqu'il le parcourt. Sous ses bras, les poils assombrissent cette peau sans pareille; de même que sur son ventre, mais rien ne saurait nuire à sa beauté naturelle. Il est si délicat, si imperturbable dans son repos, si concentré dans son intériorité, plongeant et nageant dans ses pensées, que je n'ose le réveiller, de peur de briser le charme. Ses longs cheveux blonds lui servent d'oreiller, coulant comme des vagues d'or sous sa belle nuque, caressant ses épaules, protégeant son crâne. Oh ! Que ne puis-je être ces cheveux de soie, brillants et si doux ! Mes doigts ne peuvent se retenir, ils attrapent doucement une des mèches qui traînait, innocente, hors du contact avec sa peau. Je l'observe, la caresse, la fait glisser, et ma main, comme attirée, s'approche de plus en plus de sa mignonne oreille, frémissante. J'ai peur de le réveiller, mon Dieu que j'ai peur ! Mais je veux m'enivrer de cette chevelure, je veux briser cette sacralisation de son corps pour me l'approprier, le faire mien. Je n'oserais jamais. Le coeur me bat. Oserais-je ? Ma main effleure à peine son plexus, je ne vais plus pouvoir résister bien longtemps !... Alors ma paume glisse doucement, se réjouit, se pâme au contact de ce sein, de cette épaule, de ce cou. Je meurs d'envie de me jeter sur lui. L'interdit, dépassé, me rend soûle. Me maîtrisant à grand peine, je pose délicatement ma bouche un peu au dessus de son nombril, tandis que mon autre main caresse sa joue et son oreille, prend comme une coupe son visage à pleine mains. Je remonte doucement, réveillant en lui les réactions de la chair stimulée. Sans toujours le regarder, je laisse tomber mes cheveux, comme des plumes, sur sa belle peau, et je me réfugie doucement contre son cou irrésistible, auquel je donne un baiser, puis un autre, plus profond, puis un troisième, qui laisse échapper mon souffle amoureux et goûlu. C'est trop. Tant pis. Je ne peux plus supporter de le voir comme une belle poupée de porcelaine, comme une statue de marbre, si beau dans sa perfection, comme une bulle éphémère. Je veux lui murmurer à quel point je l'aime, lui faire sentir, goûter, connaître. Il semble sortir de son sommeil, encore endormi, à mi chemin entre le rêve et le réveil. Alors que je m'apprête à lui embrasser le téton, je le sens qui me retient, et qui, sans pour autant ouvrir les yeux, me fait coucher sur le dos. Et là, contrairement à toute attente, il pose sa tête contre moi, prend mon bras et s'enlace avec. Je ne bouge plus. Le désir à déserté mes joues, la chaleur s'est évaporée. Ne reste que la tendresse, l'amour pur, profond, éternel, l'adoration satisfaite, l'admiration repue, le bonheur savouré. J'enserre sa tête adorable que je pose contre mon sein, et m'immobilise. Je sens que je vais bien dormir, et que mes rêves seront remplis de son image, comme d'une illusion qui s'évaporera au réveil.
avatar
Lyryana
Futur Artiste

Nombre de messages : 1467
Age : 24
Date d'inscription : 27/02/2008

http://daughter-of-love.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contemplation

Message par Fou le 3/5/2010, 16:25

J'ai adoré la fin !!!! Very Happy

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 24
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contemplation

Message par Antinéa le 3/5/2010, 19:56

Ah ouais ok d'accord c'est ce texte que j'avais lu sous l'autre titre (qu'est-ce que t'as manigancé?...).
Pour le coup j'y avais vu quelque chose de particulier : pour moi tu transposerais ton toi idéal dans ces homme décrit, ton toi parfait dont tu es tombée amoureuse à force d'en être envieuse.
Outre cette interprétation à portée plutôt psychologique (on ne se refait pas hein), belle qualité d'écriture comme toujours, et pouvoir d'évocation peut-être encore plus fort que le précédent, par contre thème moins original.
avatar
Antinéa
Amis Artiste

Nombre de messages : 834
Age : 25
Date d'inscription : 09/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contemplation

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum