The Prodigies d'Antoine Charreyron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Prodigies d'Antoine Charreyron

Message par Fou le 14/6/2011, 15:18

6/10 de manière pseudo-objective
3/10 de manière totalement et honteusement subjective

Snif, j'avais bien les boules en sortant du cinéma. Ben ouais quoi, The Prodigies - La Nuit des enfants rois, ça fait des mois que j'attendais sa sortie, la bande-annonce était bien alléchante et tout et tout... Mais bwarf, grosse déception, et j'ai même pu réfléchir aux arguments pour le descendre durant le film, c'est dire.
On s'arrêtera deux minutes sur l'affiche du film bien hypocrite qui, afin d'attirer un peu plus de spectateurs, est une image ultra-ombragée de manière à ce qu'on ne se dise pas tout de suite "tiens, c'est de la synthèse". Mais si, The Prodigies, c'est de l'image de synthèse très stylisée du début à la fin, et si vous y êtes allergique, tant pis pour vous. Tant que j'y suis, la 3D est jolie mais n'apporte absolument rien au film.
Mais bon, le grand problème de The Prodigies, c'est son scénario. La mise en scène est top, vous vous prenez plein la vue, mais pour raconter quoi au final ? Parce que forcément, le premier réflexe d'un cinéphile est de comparer ce film à Akira dont il n'atteint pas du tout le niveau. Comme c'est d'la pure SF (Jimbo Farrar, un homme aux puissants pouvoirs télépathique, découvre cinq enfants possédant eux aussi ces pouvoirs et décide de les protéger contre eux-mêmes), on s'attend à une méga-reflexion métaphysique, mais on n'y a hélas jamais vraiment le droit, le film hésitant toujours à franchir la ligne.
Le film met un peu de temps à démarrer. On pourrait à la limite lui pardonner s'il finissait par démarrer. Lorsque le réalisateur accepte au bout de vingt minutes de pseudo-débuter, c'est pour tomber dans un amas de stéréotypes.

J'en profite pour tacler cette facilité insupportable qui a le vent en poupes dans les scénarios actuels :
-Eh mec, ça serait bien que le héros se batte contre quelqu'un, on fait quoi ?
-Un blanc et un noir avec une casquette et une capuche, c'est pas plus compliqué que ça mec !
Eh oui, la racaille est devenue aujourd'hui l'élément numéro un de méchant bateau pour scénaristes en mal d'inspiration, donc merci à ceux qui me lisent d'éviter de faire ce gros cliché complétement con et digne d'un discours sarkoziste (je dis ça mais certains y ont déjà eu recours sur le forum, je ne citerai pas de noms 8p )

Durant tout le film, j'étais persuadé à avoir à faire à une mauvaise adaptation BD car je trouvais que l'oeuvre ne dégageait rien de "personnel" (comme tout bon film doit le faire d'après moi) et se servait des magnifiques effets de mise en scène comme une vue extérieur permet de faire croire qu'on a réussi à adapter une pièce de théâtre en film (exemple : n'importe quelle mauvaise adaptation d'une pièce de théâtre en film). Eh ben que dalle, c'est pas une BD mais un roman. J'applaudis donc bien fort les graphistes qui ont créé un univers visuel vraiment scotchant, mais pour les scénaristes... Ah non, ne m'accusez pas de ne pas avoir lu le roman, juste après le film j'ai couru à la Fnac. Trois pages suffisent à comprendre qu'on est face à un roman de gare SF qui n'a pas vraiment dû secouer le monde de la littérature. Et c'est un peu pareil pour le cinéma au fond. Un gentil film de gare.

Les cinq premières minutes du film :


Dernière édition par Fou le 14/6/2011, 15:27, édité 4 fois

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 24
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: The Prodigies d'Antoine Charreyron

Message par Nere le 20/11/2011, 22:14

J'ai lu et on en a discuté sur msn... x)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum