Mercenary / Fantasy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 10/9/2011, 10:34

Que dire sinon que j'espère que vous apprécierez la lecture ? ^^

Dred travaillait depuis plusieurs jours sur son dernier travail en tant qu’apprenti et arrivait au bout de son ouvrage. Le lendemain son apprentissage serait terminé et il recevrait le cachet de son maître qui lui permettrait d‘obtenir le statut de forgeron. Il ne savait pas encore s’il voulait continuer à seconder son maître jusqu’au jour ou il reprendrait l’affaire ou s’il préférait aller à la ville pour trouver un travail surement plus intéressant que de réparer des outils de ferme. En fait si, il savait pertinemment ce qu’il voulait faire, mais quelque chose le retenait ici : Luya, la fille du chef de leur village, avec qui il entretenait une liaison depuis plusieurs mois.
Il martela encore une fois le métal chauffé à blanc, le façonnant contre l’enclume, puis le trempa dans le bac d’eau, faisant grésiller l’alliage et crépiter le liquide. Il contempla ce qui ressemblait de plus en plus à une grande faux. Ses attirances artistiques pour les armes et son expérience en tant qu’apprenti dans un village de fermiers se mêlaient dans ce dernier ouvrage. En effet la tradition voulait que pour valider son apprentissage, il fabrique un objet qui correspondait à ses envies et son expérience. Or, s’il ne savait pas manier les armes, Dred était passionné par la beauté et la grâce qu’elles pouvaient dégager. D’où son attirance pour la ville, où il pourrait exercer sa passion sans difficulté.
Ses pensées se tournèrent vers Luya et sa cascade de cheveux châtains aux reflets multiples, ses magnifiques yeux émeraude, sa peau douce, frémissante lorsqu’ils sont collés l’un à l’autre dans une étreinte passionnée… Dred lâcha un soupir. Il ne pouvait pas partir… Pas sans elle. Mais voilà, Luya étant la fille unique du chef du village, elle devait rester… Il lui avait bien proposé de s’enfuir avec lui, mais elle avait refusé, elle ne voulait pas faire de mal à sa famille, ce que Dred comprenait tout à fait, étant orphelin. Et puis, elle aimait le village… C’est vrai qu’il était joli, et prospère, mais Dred en avait assez de cette torpeur et de cet ennui quotidien, il voulait une vie un peu plus occupée, et la ville fourmillante d’activité lui apporterait certainement ce à quoi il aspirait.
Il chassa ses pensées de son esprit et se remit au travail, il aurait tout le loisir de penser à son avenir une fois qu’il aurait fini son apprentissage.

Quelques heures et un bon nombre de coups de marteau sur l’enclume plus tard, Dred avait terminé sa faux. Il s’étira puis contempla son œuvre à la lueur chatoyante des braises. Longue d’environ six pieds, avec un long manche courbé en suivant une sorte de «S» étiré, des fines ciselures grimpant le long du manche en ondulant, tentant tant bien que mal d’atteindre la lame courbe aux doubles tranchants meurtriers mais stoppées par la pureté de l’éclat argenté qui se dégage du tranchant inférieur de la lame. A l’arrière du manche renvoyant la lumière écarlate du feu une excroissance semblait avoir poussée en voulant suivre l’exemple de la lame mais s’était arrêté à un embryon au fil déchiré et tranchant comme un rasoir. Dred attrapa le manche et fit tournoyer l’arme dans ses mains. Elle était équilibrée et assez légère pour qu’il puisse la manier sans difficulté. Il manqua de se blesser en ratant une passe de main et préféra la reposer.
Il s’affala sur une chaise et observa le ciel étoilé par la fenêtre ouverte. Il faisait doux et l’air tiède de cette fin de printemps caressa sa joue. Il attrapa le manche incurvé d’un couteau posé sur la table à côté de lui et le lança vers une poutre qui semblait avoir connu ce sort un bon nombre de fois. La lame au fil anguleux se planta juste à côté du pilier de bois. Contrarié, Dred pris un deuxième couteau et retenta sa chance, avec succès cette fois. Il sourit puis se leva pour retirer les lames du bois qu’il reposa sur la table avant d’éteindre le feu de la forge. Il ramena la faux chez lui et se coucha aussitôt, épuisé.

*********************************

Dred fut réveillé par un bruit qu’il n’avait jamais entendu. Pourtant il le reconnu aussitôt. Luya criait. Un cri de désespoir auquel il pouvait sentir que les larmes se mêlaient. Il sauta de son lit pour courir vers la fenêtre d’où provenait les cris, simplement vêtu d’un caleçon, et en agrippa le bord avec fébrilité.
A une dizaine de mètre de la maison Luya s’agrippait avec véhémence à la manche de son père, de chaudes larmes humectant son visage d’albâtre, criant de toute la force de ses poumons. Le chef du village, lui, marchait à grands pas, ne semblant pas même s’être aperçu que sa fille était là, la mâchoire crispée et une impression de colère sourde se dégageant de tout son être, le rendant plus imposant encore qu’il ne l’était réellement. Il fit soudainement volte-face et frappa sa fille d’un revers de la main, l’envoyant face contre terre. La jeune fille trembla quelques secondes au sol avant de se redresser péniblement. Sa joue au grain si pur était souillée par la terre rouge du chemin alors que ses yeux emplis de tristesse et de larmes accusaient son père. Celui-ci sembla ébranlé par ce regard farouche qu’il ne connaissait pas chez sa fille, mais toute trace d’hésitation disparu de son visage alors qu’il reprenait son chemin. Vers la maison de Dred. Dred qui sauta dans un pantalon, et à peine avait-il bouclé sa ceinture que sa porte d’entrée s’ouvrait avec fracas, dévoilant un homme qui lui donna l’impression d’être un titan dans le contrejour de l’embrasure de sa porte. Et celle qu’il aimait, effondrée à ses pieds, telle un ange à qui on aurait arraché ses ailes.

-Toi… Tonna la voix du chef dans un grondement sourd. Je ne veux plus jamais te revoir. Tu as une heure pour quitter ce village ou je te tuerais de mes mains nues.

Le titan fit demi tour et reparti sans un regard en arrière, ne laissant qu’une jeune fille effondrée au sol et un jeune forgeron tétanisé par la peur.

-Mais… Que… réussi tout juste à articulé Dred, le ventre encore contracté par la frayeur.
-Il n’a pas le droit… sanglota Luya, toujours au sol. Il n’a pas le droit ! Reprit-elle, en criant cette fois.

Elle se releva doucement sur des jambes tremblantes et Dred du la rattraper pour éviter qu’elle ne retombe au sol. Luya se blottit dans ses bras en sanglotant de plus belle et Dred la serra contre lui pour la réconforter, même s’il sentait déjà lui aussi sa gorge se nouer et les larmes monter à ses yeux.

-Il sait pour nous, lâcha Luya entre deux sanglots, il voulait te tuer… Je l’ai tellement supplié qu’il a finalement décider de te chasser du village… Il a même menacé de nous traquer si je tentais de m’enfuir avec toi !

Les pensées se mêlèrent dans l’esprit de Dred. Comment le père de Luya avait-il pu apprendre leur liaison alors qu’ils se donnaient tant de mal pour la cacher ? Et comment se faisait-il que sa colère soit aussi démesurée ? Allait-il vraiment devoir partir ? Il n’arrivait pas à songer à l’idée de partir sans celle qu’il aimait plus que toute autre chose… Dred resserra son étreinte autours de épaules frêles de Luya.

-Dred, je… Je suis enceinte, lâcha-t-elle dans un soupir de désespoir avant d’éclater à nouveau en sanglots.

Les jambes de l’apprenti fléchirent sous le poids écrasant de cette annonce qui l’aurait soulevé de joie en toute autre circonstance. La réalité oppressante de la situation anéantie le peu de résistance que ses jambes offraient encore et il tomba à genoux. Il allait être père. Et il ne verrait jamais son enfant. Et jamais plus celle qui le portait…

*********************************


Cela faisait une heure que Dred avait quitté le village. Pourtant la douleur était toujours aussi grande. Ses adieux à Luya avaient été déchirants et l’image de la femme qu’il aimait, les yeux rouges et gonflés d’avoir trop versé de larmes, incapables d’en verser plus, le regardant s’éloigner lentement alors qu’il se refusait à se retourner, sachant qu’il ne pourrait plus avancer s’il le faisait, restera gravée dans sa mémoire… Et une heure après son cœur semblait toujours aussi lourd, pesant comme une chape de métal au creux de son torse, bondissant parfois pour tenter de s’extraire de son thorax. Son corps toujours aussi insensible à ce qui l’entourait. Une heure qu’il marchait d’un pas chancelant le long du sentier qui s’élargissait petit à petit jusqu’à finalement devenir une route. Et partout il croyait apercevoir une mèche de cheveux châtains, ou bien une paire d’yeux verts qui le regardaient, et alors son cœur bondissait en lui et son corps retrouvait toute sa légèreté. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que ce n’était qu’une création de plus de son esprit torturé…
Il ne pouvait s’empêcher de ressasser sans cesse les paroles qui lui avaient lacéré le cœur et l’âme. Luya attendait un enfant. De lui. Au départ il n’avait pas compris la démesure de la colère du chef du village, à présent tout était clair. Luya, sa fille unique, qui entretenait à son insu une relation avec Dred formait déjà une grande faute, mais la vie au creux de son ventre était le pire des affronts aux Ecrits d’Islanda. Un enfant bâtard était normalement puni du bûcher, car d’après les Ecrits, un acte de procréation en dehors des rites de l’union portait le sceau du démon. C’est pourquoi, pire que le chagrin d’être séparé de Luya, c’est savoir que celle qu’il aimait au-delà de tout allait être brulée vive avec son fils qui l’anéantissait.
Le jeune forgeron s’arrêta brusquement et tourna la tête vers le ciel pour lancer à l’intention d’Islanda tous les jurons et toutes les malédictions qu’il connaissait. Il resta là plusieurs minutes, vidé de toute énergie, de tout espoir. Puis il reprit sa marche chancelante, et les images de Luya l’assaillirent de nouveau.
Dred secoua la tête et essaya encore une fois désespérément de changer de pensées. Il refît l’inventaire de ce qu’il avait emporté. Son sac de toile en bandoulière remplit de quelques provisions et du peu d’argent qu’il possédait, ainsi que de quelques chemises de rechange, son long manteau de tissu beige qui lui servait pour les voyages, et sa faux, seul gage qu’il ait un jour été apprenti forgeron puisque son maître n’aurait jamais l’occasion de lui donner son cachet, et aussi seul moyen de défense à sa disposition, même s’il ne savait pas vraiment s’en servir…
Un cri le tira de ses pensées. Il provenait du petit bois qui encadrait la route aride. Dred se mit à courir, il était sur d’avoir reconnu le cri de Luya…
Il se fraya un chemin tant bien que mal à travers les branches basses et les ronces agressives qui semblaient vouloir le retenir et le tirer en arrière avec leurs doigts griffus. Les arbres commencèrent à s’écarter à mesure qu’il s’approchait des cris. Il ralenti inconsciemment, par prudence, et aperçu des mouvements derrière une rangée d’arbres. Il s’adossa à l’écorce rugueuse des protecteurs de cette forêt, essoufflé. Il jeta un œil de l’autre côté des arbres et ce qu’il vit le tétanisa. Dred s’était trompé, ce n’était pas Luya qui criait mais une jeune fille brune. Une jeune fille brune en train de se faire malmener par une bande de brigands qui semblaient beaucoup s’amuser à lui arracher ses vêtements un par un… Le jeune forgeron resserra son étreinte sur le manche de sa faux et se recolla le dos aux arbres. Il voulait aller aider cette fille, mais s’il le faisait il se ferait tuer avec elle… Il ne pouvait rien faire, seul, face à une bande de brigands qui savaient surement mieux se servir de leurs armes que lui.
Il écouta encore quelques instants avec effroi cette jeune fille crier à l’aide et dû faire un effort de volonté monumental pour s’en détacher et faire un pas en avant… et marcher sur une branche morte. Les rires des brigands cessèrent et Dred put entendre le chuintement des épées qu’on sortait des fourreaux. S’il ne bougeait pas, il était perdu.

-A l’aide !! Hurla la jeune fille. Aidez-moi je vous en supplie !

Un bruit mat se fit entendre et Dred put entendre l’inconnue tomber à genoux et pleurer. Mais il ne pouvait rien pour elle… Des bruits de pas s’approchèrent. Un afflux d’adrénaline parcouru le corps du jeune banni et il s’élança dans un sprint furieux à travers le sous-bois. Il couru pendant de longues minutes dans la forêt, écartant les mêmes branchages et ronces qu’à l’aller qui semblaient cette fois-ci l’inviter à passer, et il comprit qu’elles avaient tenté de le prévenir lorsqu’il s’était aventuré sur leur domaine.
Il s’excusa dans un souffle de n’avoir pas prêté attention à leur mise en garde et déboucha miraculeusement sur la route où il trébucha et s’étala par terre, les poumons en feu. Dred se redressa vivement en jetant un regard effrayé en direction de l’orée du bois. Pas un seul mouvement. Il se rasséréna mais ne s’attarda pas. Il reprit son chemin d’un pas vif, fermant son esprit aux cris qui se faisaient de nouveau entendre.
L’image de cette fille criant dans le bois resta gravée dans son esprit, supplantant jusqu’au souvenir de Luya. Momentanément du moins…

*********************************


Lorsque Dred arriva en vue de la ville le soleil atteignait l’horizon. La petite cité était entourée d’un rempart fabriqué de pierres de taille que les rayons solaires baignaient d’un halo ondulant entre l’or et le vermillon. Seul le clocher de l’église parvenait à transpercer la barrière visuelle que formait le rempart, laissant voir un triplet de pointes qui semblait défier le ciel.
Dred pressa le pas en voyant que les gardes commençaient à s’activer auprès des grandes portes de bois bardées de fer. Il entra juste alors que ceux-ci les refermaient, mais il ne prêta pas attention aux remontrances de celui qui semblait être le chef.
Il erra durant plus d’une heure à travers les rues qui s’obscurcissaient à mesure que le soleil disparaissait derrière l’horizon. Il ne savait plus qui il était. Etait-il vivant ? Il n’aurait su le dire. Peut-on vivre sans cœur ? Sans âme ? Non, surement que cela était impossible.
Il entra dans une taverne crasseuse. Il s’assit au comptoir et commanda à boire d’un ton monotone, sans vie. Le tavernier le servit, sachant par une vie d’expérience qu’il avait là un client qui pourrait lui rapporter une belle somme à lui seul.
Alors Dred bu. Plus que de raison. Il n’aimait pas l’alcool, mais qu’importe, car au bout de quelques verres déjà il en avait oublié le goût. Il n’avait pas beaucoup d’argent, et il savait qui devait l’économiser, mais après quelques gorgées brûlantes, l’argent finit par perdre sa valeur. Les souvenirs se changèrent en une brume informe, laissant place à des chimères aux parfums entêtants.
La soirée s’écoula au même rythme que l’alcool, et Dred finit par louer une chambre pour la nuit. Il n’y parvint qu’avec difficulté, se cognant contre les murs ondulants, trébuchant sur les marches volatiles d’un escalier retors. Il s’allongea tout habillé sur un lit inconfortable après avoir posé ses affaires en vrac sur le parquet rongé. Puis tout disparut.

Le lendemain accueillit Dred par un violent haut le cœur qui lui fit recracher tout ce qu’il avait bu la veille. Il avait heureusement eu la présence d’esprit de se pencher sur le côté du lit, ce qui lui permit de ne pas se souiller. Un mal de crâne lancinant tambourinait à ses tempes et l’empêcha de se rendormir. Aussi il se leva.
La matinée était bien avancée, et il avait des choses à faire dans la journée. Il prit donc sur lui pour lutter contre son mal de crâne et se passa de l’eau sur le visage à la vasque adjacente au lit.
Une fois suffisamment réveillé il entreprit de vérifier l’état de ses économies. Et ce qu’il vit le fit grimacer. Il avait dilapidé près de la moitié de son argent dans la boisson. Pour un résultat qui laissait à désirer. Car s’il avait oublié son chagrin l’espace de quelques heures, celui-ci n’en était revenu que plus intensément. Ses rêves étaient mêlés de mort et de fuite. Luya enlevée et torturée sous ses yeux, brûlée vive par des démons cornus alors qu’elle criait son nom. La jeune inconnue lui reprochant de l’avoir laissé mourir.
Et ses pensées une fois réveillées n’étaient pas meilleures.
Alors il s’accrocha à la seule chose qui lui permettait de ne pas devenir fou. Son métier. Il devait trouver un forgeron en ville qui le prendrait comme assistant.
En se focalisant uniquement sur cet objectif, Dred rassembla ses affaires et descendit dans la salle pour déjeuner avant de se mettre au travail.
Il traversa la ville de part en part durant plusieurs heures, passant de forge en forge, mais aucune ne voulut de lui. Sans son cachet de forgeron il n’avait aucun moyen de prouver qu’il avait terminé son apprentissage, et lorsqu’il leur montrait sa faux, les forgerons lui riaient au nez, arguant qu’il avait très bien pu l’acheter au premier venu.
Dépité, désespéré, Dred alla s’assoir sur le rebord d’une fontaine. Il prit sa tête entre ses mains et il pleura. Longtemps. Il laissa son désarroi s’écouler hors de sa chair.
Et, une fois vidé, il se releva.
Il laissa ses pas le guider. Il marchait, et c’est tout ce qui importait. Il sortit de la ville et parcouru un long chemin, au hasard, laissant faire le destin. Il était maintenant profondément enfoncé dans la calme forêt. S’il devait se faire agresser et mourir, tant pis. Peut être aurait-il la paix ainsi. Si non, il finirait par revenir sur ses pas, et rejoindrait la ville avant que le soleil ne se couche. Peut-être.
Mais ce qui se passa fut bien différent de ce qu’il imaginait. Là, au détour d’un sentier tracé par le passage d’innombrables animaux au fil des années, gisait quelque chose. Une forme couleur de chair recouverte de lambeaux blancs tâchés de rouge.
Dred s’approcha. Et son cœur malmené cessa de battre.
Sous ses yeux était étendue une jeune femme. Une jeune femme brune qu’il ne reconnaissait que trop.


Dernière édition par Rasenti le 15/3/2012, 15:41, édité 5 fois
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Fou le 10/9/2011, 13:20

Yeah ! J'ai beaucoup aimé !

Petit quart d'heure critique tout de même : j'ignore si c'est volontaire, mais je ne comprenais absolument pas pourquoi le père de Luya était si énervé. Si bien que jusqu'à la révélation, j'ai fais pleins d'hypothèses de toutes sortes et ça m'a un peu sorti de l'histoire.
J'ai aussi été gêné par la toute fin, où le "clac - expatrier - clac - enceinte - clac - papa - clac - jamais voir son enfant" m'a paru un peu brusque, ce qui est dommage étant donné que le début du texte montre un réel talent pour la description contemplative, plus calme et mieux maîtrisé.
Enfin bon, ceci, comme tout avis, est subjectif.

Attention aussi à la petite faute : "une excroissance semblait avoir poussée en voulant suivre l’exemple de la lame mais c’était arrêté à un embryon"

J'attends la suite avec impatience ! Very Happy

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 11/9/2011, 09:47

Merci ^^
Pour les deux points qui t'on gêné, ils étaient plus ou moins volontaire Wink
Je voulais que le lecteur se pose des questions justement, mais je n'aurai pas imaginé que cela puisse sortir de l'histoire par contre... Et la fin est brusque parce que justement, c'est ce que ressent Dred, ça lui fait comme un coup ,de fouet, il comprend tout d'un coup et n'arrive pas à réagir, donc ça me semblait approprié d'utiliser des phrases courtes pour montrer ça, mais peut-être me trompé-je ?
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Nere le 11/11/2011, 03:38

J'ai également beaucoup aimé.
J'ai rigolé en lisant le commentaire de Fou par deux fois :
- La première parce que je pense que y'a que lui pour se sortir d'une histoire pareil pour réfléchir à ce qui a pu se passer. Néanmoins... Ben on sait toujours pas pourquoi le père est dans cet état. Je m'explique. Ne connaissant pas tous le background social du village, on ne peut pas deviner que "la fille du chef" peut pas se marier avec le forgeron, ou peut pas avoir d'enfant. On sait pas non plus s'ils ont une religion qui leur interdit de coucher avant le mariage (auquel cas pas d'enfant avant le mariage non plus). On ne connait pas non plus leurs âges, ni la relation qui existe entre le forgeron et le chef du village. Donc on sait pas vraiment si la réaction du père est disproportionnée.
- La seconde parce qu'il t'a corrigé sur cette faute... Alors qu'il y'en a beaucoup, quelques unes m'ayant carrément sortis de l'histoire tellement qu'elles sont moches ^^"
"Il n'as pas le droit, il n'as pas le droit" par exemple.

Sinon, ben comme je le disais j'ai bien aimé. C'est bien écrit et le scenar' semble original (le coup du gosse il est sorti de nulle part) même si j'ai beaucoup pensé à Lanfeust au début. La fin est bien, tu l'as très bien expliquée.
Je veux la suite aussi !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 11/11/2011, 15:49

C'est vrai que j'explique pas des masses, j'essayerais de le faire plus tard dans l'histoire (genre juste après en fait ^^) mais c'est en gros un mic-mac de ce que tu as dis Nere : Religion, social, etc...
Pour les fautes... Je vais m'auto flageller pendant 2 heures pour m'absoudre de ces ignominies sans nom !! Triste
Quand à la suite, elle devrait arriver assez prochainement ne vous inquiétez pas Wink
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Nere le 11/11/2011, 17:21

Télécharge Antidote mon ami, ce logiciel m'a sauvé un nombre incalculable de fois.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Luce le 12/11/2011, 11:38

Il note. xD
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 14/11/2011, 20:46

J'ai édité pour ajouter la suite, libre a vous de lire Wink
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Nere le 14/11/2011, 22:54

Ca tuuuuuuuuuuue. Putain c'que c'est original ! C'est tout con, mais le type ne fait rien ! Rien de rien ! C'est pas un héros, et pourtant on suit son histoire en s'attendant à c'qu'un truc dingue se passe à la prochaine ligne. On en vient même à se demander "mais pourquoi est c'qu'on suit ce type" ? Mais le fait qu'on connait l'auteur, on sait que quelque chose va se passer, mais comme ça se passe pas, on est frustré, et ça c'est vachement rusé.
Ca fonctionnera pas avec tout le monde néanmoins, certains abandonneront en se disant "'tain l'est pourri lui", mais moi ça pique ma curiosité. Encore !!!

Notes : "Ronces agressives" => Dofus inside xD

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 14/11/2011, 23:01

Et bien j'espère en remettre bientot alors Wink
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Fou le 15/11/2011, 19:30

Oh oui oh oui !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Nere le 15/3/2012, 01:10

Bientôt est arrivé ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
"Il arrive au bout et referme la bouche. Mon dernier lien avec ce monde saute comme un maillon dans une chaîne. Je m'en vais en laissant derrière moi une forte odeur de soufre. Juste histoire qu'on se souvienne de moi. "
La trilogie de Bartiméus - L’Amulette de Samarcande by Jonathan Stroud
avatar
Nere
Admin

Nombre de messages : 3113
Age : 24
Localisation : Word, 9ème page, paragraphe 4
Date d'inscription : 25/02/2008

http://ivoryfeather.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Fou le 15/3/2012, 09:02

'suis d'accord ! banzaï

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 15/3/2012, 13:05

'Tain vous m'dites ça le jours où j'ai une aprèm de libre ! Je me demande ce que je vais bien pouvoir faire pour tuer le temps... Laughing
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 15/3/2012, 15:42

Et voilà la suite ! ^^ (après la dernière ligne de petites étoiles Razz)
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Fou le 15/3/2012, 19:17

C'est horriiiible ! De la pure fantasy noire ! Ca me déchire le coeur de suivre les 'aventures' d'un personnage principal aussi lâche et desespérant ! C'est vraiment atroce !

...

C'est pourquoi j'espère que tu trouveras vite un autre après-midi pour nous écrire la suite ! Un régal malsain à lire, mais un régal quand même !!

Juste une petite critique : lorsqu'on lit le texte dans son integralité, il y a quelques petites répétitions formelles, par exemple le "vidé" que l'on retrouve dans le milieu lorsqu'il insulte la divinité, puis à la toute fin de ce que tu viens d'écrire. Smile

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Rasenti le 16/3/2012, 14:05

Merci, j'essayerai de faire plus attention a ce dernier point pour la suite alors Rolling Eyes
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mercenary / Fantasy

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum