Encore et toujours New/Fantasy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Encore et toujours New/Fantasy

Message par Luce le 20/3/2012, 21:13

Ne me maudissez pas. Si je fait plusieurs topique pour la même histoire c'est juste que je n'avais pas envie de mettre la suite directe après le prologue. Non pas que j'ai l'envie folle de vous faire chier avec cinquante topique, mais juste que je garde encore le fol espoir que ceux qui ne l'ont pas fait me donnent leur avis sur le prologue en question.
Oui, j'ai de l'espoir. Beaucoup meme.

Bref, en réponse surtout à Fou, qui m'a demandé la suite, la voilà plus ou moins.
Plus ou moins parce que cette histoire a deux personnages principaux, qui parlent tout les deux a la première personne. J'alterne leurs visions des choses chapitres après chapitres.
Là, c'est le début du premier chapitre vu par le héros. L’héroïne viendra quand elle se sera réveillée (ça peut prendre du temps xD)


"Affalé sur mon lit, je repense à ces derniers mois. Ils ont été épuisants. Élise, ma patronne m'a donné une mission que je n'avais encore jamais expérimenté. Autrement plus difficile que de récupérer un bout de cristal, ce qui déjà n'est pas aisé, il fallait que je surveille et protège une jeune fille.
Quand elle m'a confié cette mission, j'ai protesté:
-Mais moi je tape dans le tas, je suis pas une baby-sitter !!
-Un Protecteur, Théo, pas une baby-sitter, avait soupiré Élise.
-C'est la même chose ! Je dois la surveiller 24 heures sur 24, même quand elle dort !!
-Tu as donc bien compris ta mission, qu'elle m'a répondu la patronne avant de refermer le dossier et de me le coincer dans les mains.
Je me suis ainsi retrouvé à surveiller cette fille. Au début j'ai trouvé ça vraiment ennuyant. Invisible aux yeux de tous je la suivais dans la rue, passais mes journées au lycée (ça faisait longtemps, tiens !) assis au fond des classes, campais dans son jardin... Le seul être qui m'avais remarqué était la chatte de la famille, et elle m'ignorait royalement.
Comme je n'avais rien d'autre à faire, j'ai regardé vivre cette gamine (quoi elle n'a que deux ans de moins que moi ?). Lucile, donc, avait une vie normale qui manifestement la gavait un peu. Lycéenne de terminale au niveau approximatif, elle était particulièrement tête en l'air, rêveuse et gaffeuse. Le nombre de fois où j'ai dû geler les roues d'une voiture, éteindre le début d'un feu dans sa cuisine, dévier des cyclistes... Aussi, elle était d'une discrétion sidérante. On passait a coté d'elle sans la remarquer, on ne s'apercevait pas de sa présence à table, on sursautait quand elle prenait la parole... Mais il faut avouer que j'admirais énormément cette fille. Sa qualité principale était d'être extrêmement observatrice. Elle pouvait cerner les jeunes qui l'entouraient avec une facilité déconcertante. Leurs faiblesses étaient pour elle inscrites sur leurs fronts. Et quand elle se faisait attaquer dans une de ces joutes verbales qui ne visent qu'a détruire les esprits (manifestement sport officiel de ce lycée) elle répondait avec une force de caractère assez impressionnante, frappant là où ça faisait mal. En fait, il fallait la pousser dans ses retranchements pour découvrir la force de la nature qui résidait en elle, derrière cet écran de timidité. Lucile en trois mots: silencieuse, intelligente et efficace.
Deux mois après le début de ma mission, je compris pourquoi elle avait besoin de protection. Élise finit par me le dire, entre deux couloirs, usée par mes demandes d'explications:
-Cette jeune fille est la prochaine élue du cristal. Et ta prochaine collègue si tu fais bien ton boulot. Ne laisse pas l'Ombre s'en emparer.
Comme par hasard, c'est a partir de ce jour que je les ai croisés. Un froid mercredi de novembre, alors que nous rentrions de son cours d'art plastique du soir (et qu'elle se vautrait une fois de plus sur cette descente de trottoir) j'aperçus derrière un toit une forme plus ou moins humaine. Je n'ai pas eu le temps de l'analyser qu'un raffleur surgit de l'ombre à ma gauche. Son intention était claire: capturer la Lucile. Sans vraiment prendre le temps de réfléchir (c'est pas mon truc à moi, ça...), j'avais invoqué une runes qui installa une barrière de protection autour d'elle.
Les raffleurs s'immobilisèrent sur le champ. Ces êtres s'apparentant plus à des rats qu'a des hommes n'avaient manifestement pas prévu ma présence et fuirent. A partir de ce soir là, Lucile essuyait sans le savoir au moins une tentative d'enlèvement par semaine. Et il faut l'avouer, ça m'amusais beaucoup. On aurait dit un jeu vidéo dans lequel je passais des niveaux. Ils étaient chaque fois plus nombreux, toujours plus puissants. Je voyais apparaître au fur et a mesure toute la hiérarchie des raffleurs. Un soir le lieutenant et la semaine suivante, le commandant. Mais ce menu fretin était loin de me mettre en difficulté, les guerriers des Ombres sont bien plus coriaces. C'est en sifflotant que je les combattais et les éliminais quand il le fallait. Je n'avais jamais eut de difficultés à la protéger. Jusqu'à aujourd'hui.
Vers 20h, alors que j'écoutais tranquillement les conversation de lycéennes assis sur le toit du bâtiment, mon oreillette s'est allumée. Une voix que je connaissais bien me souffle un message aussi clair que stressant:
-Théo, une escouade de raffleurs attaque le cristal blanc. On a besoin de toi.
Je répond à l'un de mes meilleurs amis, Nathan, en appuyant sur ma boucle d'oreille:
-J'ai l'autorisation de quitter ma protégée ?
-Le devoir, même !! Aller, ramène tes fesses et ton katana !
Fin de transmission.
Ben voyons ! Je jetai un coup d'œil en bas, elle était avec ses copines à son cours d'art qui se terminait dans une demi heure. Je fis le pari d'être rentré avant sa sortie et reporta mon attention sur ma montre. Caché dans ce petit objet inoffensif, dors entre autre un mécanisme de téléportation. Si si. J'appuyais sur le bouton sous la tige de remontoir puis la tourna pour régler les deux petites aiguilles qui brillaient maintenant d'une couleur bleue. La première indiquait la dimension dans laquelle je me trouvais. J'arrêtais l'aiguille des heures sur une heure. C'est pas bien compliqué, il n'y a que deux dimension: la Terre et l'autre. Une heure et deux heure. La seconde doit indiquer l'endroit où je veux atterrir dans la seconde dimension. Le sas de la salle des cristaux était le numéro sept. Une fois la grande aiguille arrêtée sur le chiffre sept, j'appuyais deux fois sur la couronne de la tige. Le mécanisme se mit en marche, et une porte de lumière apparut derrière moi pour m'aspirer vers la salle des cristaux.
En deux minutes, j'atterris dans une grotte immense, dont les murs étaient recouverts de plantes grimpantes. Les petits animaux qui s'y trouvaient en général avaient déserté. A la place du calme olympien qui régnait ici habituellement, les bruits du combat rebondissaient sur la pierre et produisaient un boucan insupportable. Une centaine de raffleurs grouillaient sur le sol, tentant de percer la ligne que formaient mes coéquipiers devant le cristal blanc.
Oui, car il y a aussi deux énormes cristaux dans cette salle. Un noir et un blanc. Les deux sont dans un piètre état. Il en manque eu moins un tiers et sont fissurés de partout. C'est pourtant eux qui sont ma raison d'être. Si je me bat et surveille Lucile, c'est pour que nous soyons les premiers à reconstituer notre cristal; le blanc et empêcher les autres de reconstituer le leur, le noir. Cela fait maintenant longtemps que Ombre et Lumière se battent pour retrouver leurs unités respectives.

Je me décourageais devant le nombre d'ennemis. Jamais je n'aurais finis ce combat en une demi heure ! Je me jetais pourtant dans la mêlé, moissonnant des bras, tailladant des torses, essayant de les mettre en fuite plus que de les tuer. Assez vite, je me suis aperçus que quelque chose clochait. Ces raffleurs, aussi nombreux soient ils, n'étaient pas organisés du tout. Certains souffraient de blessures anciennes, d'autres toussaient entre deux attaques, il y avait même des raffleurs agés.. Je combattais depuis une heure et je n'avais aucune égratignure alors que s'il étaient là pour le cristal, je me serais déjà fait submerger. Nathan s'était rapproché de moi:
-Elle est bizarre cette attaque, elle n'a aucun sens.
-Je me disais exactement la même chose. Ce n'est pas logique, si il y a bien des êtres organisés c'est les raffleurs.
-Mais qu'est ce qu'ils gagnent à nous retenir ici ? J'étais en pleine partie de League of Legend avec Kalyel !
Soudain, la lumière s'est faite dans mon esprit:
-Lucile.
Mon ami ouvrit des yeux immenses comprenant à son tour que cette attaque n'était qu'une diversion qui visait uniquement à m'éloigner de ma protégée. Mes yeux se tournèrent vers le sas. En effet, il y avait un groupe qui bloquait le passage. Pas de problèmes. Comme un bouton sur lequel j'aurai appuyé, le second cœur qui loge sous mon thorax s'activa. Plus question d'épargner qui que soit, je m'apprêtais à user de mes pouvoirs quand la main de Nathan se posa sur mon épaule:
-Garde ça pour ton combat sur Terre. Va, je te couvre.
A son tour son épiderme se mit à luire, la magie blanche d'Almaluz courant dans les veines de son deuxième cœur. Sa peau changea de couleur devenant grise, et en quelques secondes elle fut tout a fait transformé en granite. Les raffleurs s'immobilisèrent une demi seconde. Ce fut l'ouverture pour ma fuite et l'attaque de Nathan. En arrivant à la plateforme de téléportation, je jetai un regard en arrière. Presque tous mes coéquipiers étaient présent: j'aperçus Uriah, Esteban, Cléo, Cassandre et même Iris. Je réglai ma montre en a peine dix secondes et le combat disparut dans le flash qui m'emportait vers la banlieue parisienne. J'atterris sur le toit où j'avais laissé Lucile. Le cours d'art était fini depuis plus d'une demi heure. Je m'élançai sur le chemin de sa maison, que depuis je connaissais par cœur. Je traversai la ville en courant sur les toits, scrutant la rue faiblement éclairée par les lampadaires. C'est à cent mètres de sa maison que je l'ai retrouvée... face à Morp. Ce gros lézard sournois est le commandent en chef des armées du château des Ombres. Il a dû décider que l'on est jamais mieux servis que par soit même. Dans ma précipitation, je glissai sur une tuile. Je vis Lucile qui s'envolait contre le mur de l'école avant de me rattraper au faîte du toit. J'eus mal pour elle. Le choc dû lui couper le souffle. Je me hissai de nouveau sur les tuiles pour voir Morp planter un truc à pompon rouge dans le cou de Lucile. Mais je vis aussi une trace rouge sur le mur. Là, il y avait urgence, elle était blessée. Je m'allumai comme une ampoule. Je m'apprêtai a foncer tête baissée dans le varan quand ma bonne conscience m'arrêta. Il avait Lucile sur les épaules, il valait mieux réfléchir a une autre solution, plus calme, pour ne pas le faire fuir. Du bout des doigts, je fit couler l'eau produite par mon second cœur, l'eau offerte par Almaluz. J'ordonnai à cette eau de refroidir jusqu'à ce qu'elle se solidifie complètement en un petit pic de glace.
C'est avec un sourire carnassier que je m'approchai de Morp. Occupé par son rituel de retour, il ne me vis pas. Certain de réussir mon coup, je lançai le petit javelot. Cible atteinte, cent point !! Le pied embroché, la bestiole s'immobilisa:
_Bonsoir, Morp. Tu ne pensais pas partir avec ma protégée sans que j'intervienne quand même ?
Il enrage. Ce que c'est bon de le voir s'énerver comme ça, je jubile: ce lézard n'a aucune patience.
_Tu n'étais pas censé être en mission ?
Sa voix gutturale me fichait tout de même des frissons. Surtout quand il crachait ses mots comme ça. J'entendis Lucile bafouiller quelque chose. Je ne sus pas ce qu'il lui avait administré mais elle planait totalement. Je me forçai a rester calme, ne pas bouger et juste gagner du temps. Je brulai de lui sauter dessus en hurlant « Rends la moi !! ». Mais je ne pouvais pas, il se serait enfui. Il valait mieux le faire parler, pour éviter un combat trop retentissant en plein quartier habité:
_Votre diversion n'a presque pas fonctionné !
Lucile venait manifestement de tomber dans les pommes. A ce moment là, j'ai eu peur que ce soit à cause de sa blessure à la tête, de quand elle a rencontré le mur. Ce fut ce qui me décida pour passer à l'action.
Je pris appui sur le mur de l'école pour me propulser vers le haut. Je ramenai mes bras contre mon torse pendant mon saut périlleux. De chacun de mes doigts s'écoula mon eau. Quand je touchai a nouveau le sol, je me redressai juste derrière Morp. Je n'eus qu'a ouvrir les bras pour lancer dix pic gelés dans le dos du reptile. Il émit le pire grondement que j'avais jusque là jamais entendu. D'un bond, il se retourna vers moi et me lança Lucile. Surpris, je la rattrapai comme un manche. Mes genoux touchèrent le bitume assez violemment pour qu'il m'échappe un grognement de douleur. Morp dégaina sa cimeterre avec la ferme intention de m'ôter au moins un bras. Avec une rapidité plus que surprenante pour sa masse, il fonça vers moi. Bien qu'a terre, je n'eus même pas un mouvements de recul. Il avait encore mes pics plantés dans sa chaire. Or, mon pouvoir ne s'arrête pas à transformer en glace l'eau produite par mon second cœur. Je contrôle totalement cette eau, autant dans sa température que dans ses mouvements du moment qu'elle reste à moins de vingts mètres de moi. J'étendis mon bras devant moi, et fermai le poing. Le lézard s'immobilisa net. Normal, au moins un litre d'eau bouillante se répandit dans son dos, s'infiltrant sous ses écailles. Il hurla pour de bon avant de prendre la fuite sans un regard.
Bon, ça c'était fait. "

Encore une fois, j'attends des critiques =D Un truc qui me fasse progresser quoi !!

Spoiler:
Il y a plein de choses qui me dérangent dans ce bout de texte:
1: le mot "magie/magique. Ça me fout en rogne parce que c'est le seul mot qui colle a peu près mais qui fait livre illustré de primaire. Ca m'énerve. Si vous avez des idées pour y remédier...

2: c'est la première fois que je m'essaye à faire parler un mec avec "je". J'ai du mal, si il y a des trucs qui clochent, dites le moi...

3. Je sais pas comment entrer dans l'histoire. J'ai l'impression de ne faire que survoler les événements. Vous allez me dire c'est l'intro, racontée au passé. Mais ça me dérange quand même...

Ensuite, ya pas mal de truc que vous allez pas comprendre, c'est parce que c'est expliqué dans l'autre chapitre, celui de l'héroïne...

Oh !! Et désolée pour les fautes de temps, je me suis relue au moins quatre fois, je suis certaine qu'il en reste. Des fautes de grammaire aussi surement...Et d'orthographe aussi... Enfin voilà quoi...


Dernière édition par Luce le 24/3/2012, 17:15, édité 6 fois
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Rasenti le 21/3/2012, 11:44

Ben perso, je trouve que c'est très bien construit !
Je connais l'histoire, et je peux te dire que tu amènes très bien les choses tout en laissant planer un certain mystère, c'est vraiment pas mal.
Après c'est vrai qu'on a complètement l'impression de survoler, de voir ça de loin, mais comme ce sont des souvenirs, au final ça fait plutôt bon effet je trouve...

Ensuite, évidemment il y a des fauuuuutes T.T Mais bon...
Sinon, je n'ai rien trouvé qui cloche dans la première personne au masculin, quand au mot magique, tu peux essayer mystique à la limite, ou paranormal ou surnaturel (mais bon là c'est un registre un peu différent), voir tout simplement de Don ou de capacité.
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Luce le 23/3/2012, 22:01

Bon, soit vous me dites que c'est de la merde, que ça vous intéresse pas et j’arrête de vous emmerder avec, soit vous commentez bordel de merde !
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Aryko le 23/3/2012, 22:13

Personnellement j'ai pas lu car lire sur ordi a tendance à m'exploser les yeux, donc je regarde les commentaires pour voire si je me force (oui c'est nul).

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
fonetik vɛ̃kra
avatar
Aryko
Modérateur des Artistes
Modérateur des Artistes

Nombre de messages : 2064
Age : 26
Localisation : Quelque-par par là
Date d'inscription : 25/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Luce le 23/3/2012, 22:48

Et vu la profusion de commentaires, je comprends que tu ne te force pas T.T

(puis je suis pas tyrannique au point de vous forcer, aussi loin de vous que je puisse être, faut quand même que ça reste un plaisir !)
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Fou le 24/3/2012, 08:13

T'énerve pas, c'est un gros texte donc laisse aux gens le temps de trouver leur temps pour lire ça. C'est pas agréable de se sentir forcé de lire un truc qui est censé procurer de la distraction. Perso, j'ai eu une semaine chargée, donc je ne trouve le temps de le lire que maintenant, c'est comme ça.

Bon, je vais commencer par la critique : si tu as relu ton texte quatre fois mais que tu as tout de même senti qu'il y avait encore des fautes, peut-être aurait-il été mieux de le faire aussi lire à quelqu'un d'autre (comme Rasenti) avant de le poster sur le forum : ça m'a gâché de moitié le plaisir de lecture. Voici une liste non-exhaustive de fautes, je ne me suis pas permis de toucher directement ton texte :

Spoiler:
"Affalé sur mon lit, je repense à ces derniers mois. Ils ont été épuisants. Élise, ma patronne, m'a donné une mission que je n'avais encore jamais expérimenté. Autrement plus difficile que de récupérer un bout de cristal, ce qui déjà n'est pas aisé, il fallait que je surveille et protège une jeune fille.
Quand elle m'a confié cette mission, j'ai protesté:
-Mais moi je tape dans le tas, je suis pas une baby-sitter !!
-Un Protecteur, Théo, pas une baby-sitter, avait soupiré Élise.
-C'est la même chose ! Je dois la surveiller 24 heures sur 24, même quand elle dort !!
-Tu as donc bien compris ta mission. On ne met jamais de point à la fin d'un dialogue si on enchaîne avec un "dit machin". En l'occurence, il faut donc une virgule. qu'elle m'a répondu la patronne avant de refermer le dossier et de me le coincer dans les mains.
Je me suis ainsi retrouvé à surveiller cette fille. Au début j'ai trouvé ça vraiment ennuyant. Invisible aux yeux de tous je la suivais dans la rue, passais mes journées au lycée (ça faisait longtemps, tiens !) assis au fond des classes, campais dans son jardin... Le seul être qui m'avais remarqué était la chatte de la famille, et elle m'ignorait royalement.
Comme je n'avais rien d'autre à faire, j'ai regardé vivre cette gamine (quoi elle n'a que deux ans de moins que moi ?). Lucile, donc, avait une vie normale qui manifestement la gavait un peu. Lycéenne de terminale au niveau approximatif, elle était particulièrement tête en l'air, rêveuse et gaffeuse. Le nombre de fois où j'ai dû geler les roues d'une voiture, éteindre le début d'un feu dans sa cuisine, dévier des cyclistes...
Trois mois après le début de ma mission, j'ai compris pourquoi elle avait besoin de protection. Élise a fini par me le dire, entre deux couloirs étant usée par mes demandes d'explications:
-Cette jeune fille est la prochaine Élue du cristal. Et ta prochaine collègue si tu fais bien ton boulot. Ne laisse pas l'Ombre s'en emparer.
Comme par hasard, c'est a partir de ce jour que je les ai croisés. Un froid mercredi de novembre, alors que nous rentrions de son cour d'art plastique On dit un cours quand on parle d'une matière. Cette faute est présente tout le long du texte. du soir (et qu'elle se vautrait une fois de plus sur cette descente de trottoir) j'aperçus derrière un toit une forme plus ou moins humaine. Je n'ai pas eu le temps de l'analyser qu'un raffleur a surgit de l'ombre à ma gauche. Son intention était claire: capturer la Lucile. Sans vraiment prendre le temps de réfléchir (c'est pas mon truc à moi, ça...), j'avais invoqué une runes qui installa une barrière de protection autour d'elle.
Les raffleurs se sont Pourquoi passes-tu au présent le temps d'une phrase ? Si c'est volontaire, sache que c'est très gênant et que ça sort du récit. immobilisés sur le champ. Ces êtres s'apparentant plus à des rats qu'a des hommes n'avaient manifestement pas prévu ma présence et fuirent. A partir de ce soir là, Lucile essuyait sans le savoir au moins une tentative d'enlèvement par semaine. Et il faut l'avouer, ça m'amusais beaucoup. On aurait dit un jeu vidéo dans lequel je passais des niveaux. Ils étaient chaque fois plus nombreux, toujours plus puissants. Je voyais apparaître au fur et a mesure toute la hiérarchie des raffleurs. Un soir le lieutenant et la semaine suivante, le commandant. Mais ce menu fretin était loin de me mettre en difficulté, les guerriers des Ombres sont Là, il n'y a pas de faute, c'est juste pour dire qu'en comparaison à ma remarque précédente, le présent est effectivement justifié : le narrateur ne décrit pas une action passée mais un fait général. bien plus coriaces. C'est en sifflotant que je les combattais et les éliminais quand il le fallait. Je n'avais jamais eut de difficultés à la protéger. Jusqu'à aujourd'hui.
Vers 20h, alors que j'écoutais tranquillement les conversation de lycéennes assis sur le toit d'un batiment, mon oreillette s'est allumée. Une voix que je connais bien me souffle un message aussi clair que stressant:
-Théo, une escouade de raffleurs attaque le cristal blanc. On a besoin de toi.
Je répond à l'un de mes meilleurs amis, Nathan, en appuyant sur ma boucle d'oreille:
-J'ai l'autorisation de quitter ma protégée ?
-Le devoir, même !! Aller, ramène tes fesses et ton katana !
Fin de transmission.
Ben voyons ! Je jetai un coup d'œil en bas, elle était avec ses copines à son cour d'art qui se terminait dans une demi heure. Je fis le pari d'être rentré avant sa sortie et reporta mon attention sur ma montre. Caché dans ce petit objet inoffensif, dors entre autre un mécanisme de téléportation. Si si. J'appuyais sur le bouton sous la tige de remontoir puis la tourna pour régler les deux petites aiguilles qui brillaient maintenant d'une couleur bleue. La première indique la dimension dans laquelle je me trouve. Étant dans la première, j'arrêtais l'aiguille des heures sur une heure. La seconde doit indiquer l'endroit où je veux atterrir dans la seconde dimension. Le sas de la salle des cristaux était le numéro sept. Une fois la grande aiguille arrêtée sur le chiffre sept, j'appuyais deux fois sur la couronne de la tige. Le mécanisme se mit en marche, et une porte de lumière apparut derrière moi pour m'aspirer vers la salle des cristaux.
En deux minutes, j'atterris dans une grotte immense, dont les murs sont recouverts de plantes grimpantes. Les petits animaux qui s'y trouvaient en général avaient déserté. A la place du calme olympien qui régnait ici habituellement, les bruits du combat rebondissaient sur la pierre et produisaient un boucan insupportable. Une centaine de raffleurs grouillaient sur le sol, tentant de percer la ligne que formaient mes coéquipiers devant le cristal blanc.

Oui, car il y a aussi deux énormes cristaux dans cette salle. Un noir et un blanc. Les deux sont dans un piètre état. Il en manque eu moins un tiers et sont fissurés de partout. C'est pourtant eux qui sont ma raison d'être. Si je me bat et surveille Lucile, c'est pour que nous soyons les premiers à reconstituer notre cristal; le blanc et empêcher les autres de reconstituer le leur, le noir. Cela fait maintenant longtemps que Ombre et Lumière se battent pour retrouver leurs unités respectives.

Je me décourageais devant le nombre d'ennemis. Jamais je n'aurais finis ce combat en une demi heure ! Je me jetais pourtant dans la mêlé, moissonnant des bras, tailladant des torses, essayant de les mettre en fuite plus que de les tuer. Assez vite, je me suis aperçut que quelque chose clochait. Ces raffleurs, aussi nombreux soient ils, n'étaient pas organisés du tout. Je combattais depuis une heure et je n'avais aucune égratignure alors que s'il étaient là pour le cristal, je me serais déjà fait submerger. Nathan s'était rapproché de moi:
-Elle est bizarre cette attaque, elle n'a aucun sens.
-Je me disais exactement la même chose. Ce n'est pas logique, si il y a bien des êtres organisés c'est les raffleurs.
-Mais qu'est ce qu'ils gagnent à nous retenir ici ?
Soudain, la lumière s'est faite dans mon esprit. Une vague de panique déferla en moi. Je me retournais vers Nathan:
-Lucile.
Mon ami ouvrit des yeux immenses comprenant à son tour que cette attaque n'était qu'une diversion qui visait uniquement à m'éloigner de ma protégée. Ma bêtise me mis dans une rage sans nom. Comme un bouton sur lequel j'aurais appuyé, le cœur magique Comme tu l'as dit, c'est un terme très gênant qui sort du récit parce que trop conte de fées. Peut-être "second cœur" serait-il mieux passé ? qui loge sous mon thorax s'activa. Plus question d'épargner qui que soit, je m'apprêtais à user de mes pouvoirs quand la main de Nathan se posa sur mon épaule:
-Garde ça pour ton combat sur Terre. Va, je te couvre.
A son tour son épiderme s'était mit à luire, la magie blanche d'Almaluz courant dans les veines de son deuxième cœur. Sa peau changea de couleur devenant grise, et en quelques secondes elle était tout a fait transformé en granite. Les raffleurs s'immobilisèrent une demi seconde. Ce fut l'ouverture pour ma fuite et l'attaque de Nathan. En arrivant à la plateforme de téléportation, je jetais un regard en arrière. Presque tous mes coéquipiers étaient présent: j'aperçus Uriah, Esteban, Cléo, Cassandre et même Iris. Le combat disparut dans le flash qui m'emportait vers la banlieue parisienne. J'atterris sur le toit où j'avais laissé Lucile. Le cour d'art était finit depuis plus d'une demi heure. Je m'élançais sur le chemin de sa maison, que depuis je connaissais par cœur. Je traversais la ville en courant sur les toits, scrutant la rue faiblement éclairée par les lampadaires. C'est à cent mètres de sa maison que je l'ai retrouvée... face à Morp. Ce gros lézard sournois est le commandent en chef des armées du château des Ombres. Il a dut décider que l'on est jamais mieux servis que par soit même. Dans ma précipitation, je glissais glissai : en l'occurence, il s'agit de passé simple et non d'imparfait puisqu'il s'agit d'une action brève. Cette faute est présente elle-aussi plusieurs fois dans le texte. sur une tuile. Je vis Lucile qui s'envolait contre le mur de l'école avant de me rattraper au faîte du toit. Là, je commençais a m'énerver vraiment. Ma peau s'allume comme une ampoule alors que je me hisse de nouveau sur le toit. Morp plante un truc à pompon rouge dans le cou de Lucile. Encore une fois, pourquoi le passage au présent ? Il aurait pu être justifié par la volonté de renforcer la dynamique de l'action, mais dans ce cas-là il aurait fallu par exemple faire un nouveau paragraphe et le commence à partir de "Là, je commence vraiment à m'énerver" jusqu'à la fin de l'action. Je m'apprêtais a foncer tête baissée dans le varan quand ma bonne conscience m'arrêta. Il avait Lucile sur les épaules, il valait mieux réfléchir a une stratégie. Du bout des doigts, je fit couler l'eau produite par mon second cœur, l'eau offerte par Almaluz. J'ordonnais à cette eau de refroidir jusqu'à ce qu'elle se solidifie complètement en un petit pic de glace.
C'est avec un sourire carnassier que je m'approchais de Morp. Occupé par son rituel de retour, il ne me vis pas. Certain de réussir mon coup, je lançais lançai : c'est du passé simple le petit javelot. Cible atteinte, cent point !! Le pied embroché, la bestiole s'est immobilisée s'immobilisa Pourquoi du présent juste pour une phrase ? :
_Bonsoir, Morp. Tu ne pensais pas partir avec ma protégée sans que j'intervienne quand même ?
Il enrage. Ce que c'est bon de le voir s'énerver comme ça, je jubile: ce lézard n'a aucune patience.
_Tu n'étais pas censé être en mission ?
Sa voix gutturale me fichais fichait tout de même des frissons. Surtout quand il crachait ses mots comme ça. J'entendis Lucile bafouiller quelque chose. Je savais pas ce qu'il lui avait administré mais elle planait totalement.
_Votre diversion n'a presque pas fonctionné !
Lucile venait manifestement de tomber dans les pommes. A ce moment là, j'ai eut eu peur que ce soit à cause de sa blessure à la tête, de quand elle a rencontré le mur. Je ne me suis plus posé de question de stratégie. J'ai foncé.
J'ai pris appui sur le mur de l'école pour me propulser vers le haut. J'ai ramené mes bras contre mon torse pendant mon saut périlleux. De chacun de mes doigts s'écoula mon eau. Quand je touchais a nouveau le sol, je me tenais juste derrière Morp. Je n'eus qu'a ouvrir les bras pour lancer dix pic gelés dans le dos du reptile. Il émit le pire grondement que j'avais jusque là jamais entendu. D'un bond, il se retourna vers moi et me lança Lucile. Surpris, je l'ai rattrapée je la rattrapai Pourquoi du passé composé pour une action aussi brève et dynamique ?comme un manche. Mes genoux ont touchés le bitume assez violemment pour qu'il m'échappe un grognement de douleur. Morp dégaina sa cimeterre avec la ferme intention de m'ôter au moins un bras. Avec une rapidité plus que surprenante pour sa masse, il fonçait vers moi, et j'étais à terre. Pourquoi je n'ai même pas eut eu un mouvements de recul ? Parce qu'il avait encore mes pics plantés dans sa chaire. Or, mon pouvoir ne s'arrête pas à transformer en glace l'eau produite par mon second cœur. Je contrôle totalement cette eau, tant dans sa température que dans ses mouvements tant qu'elle reste à moins de vingts mètres de moi. J'étendis mon bras devant moi, et ferma le poing. Le lézard s'immobilisa net. Normal, au moins un litre d'eau bouillante se répandait dans son dos, s'infiltrant sous ses écailles. Il hurla pour de bon avant de prendre la fuite sans un regard.
Bon, ça c'est fait. "

Toute la scène de combat final m'a été gâché par l'emploi de temps de conjugaison à la fois variable et non-approprié : généralement (mais chacun fait ce qu'il veut évidemment), il faut utiliser du passé simple dans ces moments-là.
Désolé de balancer autant, mais je peux t'assurer qu'autant de fautes peuvent gâcher aisément une très bonne histoire, ce qui est en l'occurence le cas : j'ai aimé, j'étais à fond dans l'histoire, je voulais savoir ce qui allait se passer, mais comme je le dis dans le spoiler, le trop plein d'incohérences de temps de conjugaison m'a totalement empêché de suivre la fin. C'est vraiment dommage car j'ai vrament apprécier te lire, c'est très fluide et très agréable, et ça se dévore rapidement car on a envie de savoir ce qui va se passer malgré le schéma assez manichéen et stéréotypé (ce n'est pas une reproche, on peut écrire d'excellentes histoires comme celle-ci sans chercher à faire dans l'originalité).
Tu dis qu'on a l'impression de juste "survoler" le tout. Je suis d'accord, et je pense que tu pourrais parer à cela en creusant un peu plus le caractère des personnages qui sont justement à première lecture trop plat : Théo semble juste être le héros bougon type alors que je suis sûr que dans ton esprit, il a un caractère bien plus approfondi que ça. Pareil pour les autres personnages : on n'a absolument pas le temps de connaître Nathan (je sais qu'on le découvre au milieu d'un combat, mais une petite description et/ou une petite pique de sa part permettrait de le rendre immédiatement plus attachant). Et ce qui permettrait surtout de rentrer dans l'histoire, c'est dans savoir plus sur Lucile : le lecteur lambda n'a absolument aucune idée de qui elle est et n'a donc vraiment pas grand chose à fiche du fait qu'elle se fasse enlever (en l'occurence, elle nous est juste présentée comme une adolescente immature et gaffeuse). Plutôt que de la survoler en énumérant ses gaffes, il pourrait être beaucoup plus fort de nous raconter plus longuement une anecdote, comme par exemple une gaffe qu'elle aurait faite et qui nous permettrait de mieux cerner le personnage à travers sa réaction, puis comment Théo la sauve de manière désinvolte pour que l'on ressente mieux le véritable désintérêt qu'il a à son égard.

Bref, désolé, tu voulais des critiques et je te balance un gros pavé dans la tronche : ne le prends pas mal, j'ai vraiment aimé l'histoire et j'aimerais vraiment savoir ce qui va arriver aux personnages !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Luce le 24/3/2012, 11:20

Ah bah voilà !! Moi c'est ça que je veux lire ! Ya pas a mettre des désolé partout, c'est ce genre de messages que je demande depuis que je poste des bouts de cette histoire ! Et si je grogne parce que personne ne commente c'est parce que sur les topiques que j'ai créé sur cette histoire, j'ai rarement eut (ce genre) de commentaire (que je réclame !!! Détruisez mon texte, allez y !!!!)

Sinon, s'il y a des problème de temps, de grammaire et tout ça c'est aussi parce que le texte était écris à un autre temps avant et que j'ai changé d'avis. Du coup c'est le gros bordel, je te l'accorde.
C'est marrant, en corrigeant je me suis aperçus qu'il y a certaines fautes de temps notamment qui ne sont pas dans le texte d'origine xD Après, il y en a aussi qui m'ont dressé les cheveux sur a tête, comment je n'ai pas pu voir ces faute ? Mystère. Je vous assure que je l'ai pourtant relu plein de fois.

Pour ce qui est du manichéen et stéréotypé, je ne cherche pas a faire compliqué dans le fond de l'histoire, je n'ai pas assez d’expérience, ni d’imagination (il faut que je lise plus).
Pour ce qui est des personnages masculins , euh... ça viens dans la suite en fait xD
Pour ce qui est de Lucile, elle a tout un chapitre pour elle juste avant, c'est pour ça que le combat est rapide et pas trop détaillé. Il s'est déjà passé pour le lecteur.
Pis ya vraiment un truc a revoir si tu as compris que Théo en a rien a cirer de la Lucile xD J'ai supprimé tout un paragraphe à ce sujet, je pense que je vais le réécrire...

En bref, merci merci merci Fou !!


Dernière édition par Luce le 24/3/2012, 16:44, édité 1 fois
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Luce le 24/3/2012, 16:38

J'ai corrigé, relu et réecris certains passages =D
Pour ce qui est de la phrase en italique, je ne suis pas certaine de la garder. Quand Fou me dis "une petite pique" de la part de Nathan j'ai pensé plutôt lui faire dire une bêtise en rapport avec Kalyel, qui est un autre personnage. Ça lui correspond plus.
Après, oui, je suis une geek comme vous pouvez le dire, mais c'est la seule idée qu'il m'est venue. C'est pas leur genre de jouer aux échec xD

Vous relirez quand vous aurez le temps, je vais tacher d’être plus patiente... (ne m'oubliez paaaaaaaas T.T)

Il y a surement encore des fautes, mais moins =D
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Rasenti le 25/3/2012, 18:16

Oui c'est mieux au niveau des fautes ^^
Et c'est bien d'avoir rajouté quelque chose pour cerner Lucile, elle nous apparaît complètement différente du coup. Avant je pensais que c'était juste une cruche, mais là on se rend compte que malgré le fait qu'elle soit tête en l'air elle n'en reste pas moins intelligente, ça donne une nouvelle perspective, c'est bien ça.
Sinon pour la phrase en italique... LAWL ! x) Ca m'a bien fait rire ^^ Mais je trouve qu'il manque un petit quelque chose pour que la phrase agisse correctement, genre : "Nan mais ils pouvaient pas tomber pire, j'étais en pleine partie de League of Legend avec Kalyel !" ou "J'étais en pleine partie de League of Legend avec Kalyel et à cause d'eux ont à va se faire lyncher par notre team !" enfin bref un truc dans le genre quoi, parce que là ça fait trop rajouté justement...
avatar
Rasenti
Futur Artiste

Nombre de messages : 1207
Age : 24
Localisation : A la frontière des mondes...
Date d'inscription : 11/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Fou le 5/4/2012, 19:38

Beaucoup beaucoup mieux que la dernière fois (alors que j'avais déjà aimé, c'est dire !). Tout d'abord, une nouvelle liste non-exhaustive de fautes et maladresses (à mon sens bien sûr) qui ont à nouveau retenu mon attention :

Spoiler:
Luce a écrit:[...]
Je n'ai pas eu "Je n'eus pas le temps" sonnerait probablement mieux le temps de l'analyser qu'un raffleur surgit de l'ombre à ma gauche. Son intention était claire là je fais mon casse-pieds, mais il doit y avoir un espace avant et après le ":" : capturer la Lucile. Sans vraiment prendre le temps de réfléchir (c'est pas mon truc à moi, ça...), j'avais invoqué une runes qui installa une barrière de protection autour d'elle.
Les raffleurs s'immobilisèrent sur le champ. Ces êtres s'apparentant plus à des rats qu'a des hommes n'avaient manifestement pas prévu ma présence et fuirent. A partir de ce soir là, Lucile essuyait sans le savoir au moins une tentative d'enlèvement par semaine. Et il faut l'avouer, ça m'amusaist beaucoup. On aurait dit un jeu vidéo dans lequel je passais des niveaux. Ils étaient chaque fois plus nombreux, toujours plus puissants. Je voyais apparaître au fur et a mesure toute la hiérarchie des raffleurs. Un soir, le lieutenant, et la semaine suivante, le commandant. Mais ce menu fretin était loin de me mettre en difficulté, les guerriers des Ombres sont bien plus coriaces. C'est en sifflotant que je les combattais et les éliminais quand il le fallait. Je n'avais jamais eut de difficultés à la protéger. Jusqu'à aujourd'hui.
Vers 20h, alors que j'écoutais tranquillement les conversation de lycéennes assis sur le toit du bâtiment, mon oreillette s'est alluméealluma. Une voix que je connaissais bien me soufflea un message aussi clair que stressant:
-Théo, une escouade de raffleurs attaque le cristal blanc. On a besoin de toi.
Je répondis à l'un de mes meilleurs amis, Nathan, en appuyant sur ma boucle d'oreille :
-J'ai l'autorisation de quitter ma protégée ?
-Le devoir, même !! Aller, ramène tes fesses et ton katana !
Fin de transmission.
Ben voyons ! Je jetai un coup d'œil en bas, elle était avec ses copines à son cours d'art qui se terminait dans une demi heure. Je fis le pari d'être rentré avant sa sortie et reporta mon attention sur ma montre. Caché dans ce petit objet inoffensif, dors entre autre un mécanisme de téléportation. Si si. J'appuyais sur le bouton sous la tige de remontoir puis la tourna pour régler les deux petites aiguilles qui brillaient maintenant d'une couleur bleue. La première indiquait la dimension dans laquelle je me trouvais. J'arrêtais l'aiguille des heures sur une heure. C'est pas bien compliqué, il n'y a que deux dimension: la Terre et l'autre. Une heure et deux heure. La seconde doit indiquer l'endroit où je veux atterrir dans la seconde dimension. Le sas de la salle des cristaux était le numéro sept. Une fois la grande aiguille arrêtée sur le chiffre sept, j'appuyais deux fois sur la couronne de la tige. Le mécanisme se mit en marche, et une porte de lumière apparut derrière moi pour m'aspirer vers la salle des cristaux.
En deux minutes, j'atterris dans une grotte immense, dont les murs étaient recouverts de plantes grimpantes. Les petits animaux qui s'y trouvaient en général avaient déserté. A la place du calme olympien qui régnait ici habituellement, les bruits du combat rebondissaient sur la pierre et produisaient un boucan insupportable. Une centaine de raffleurs grouillaient sur le sol, tentant de percer la ligne que formaient mes coéquipiers devant le cristal blanc.
Oui, car il y a aussi deux énormes cristaux dans cette salle. Un noir et un blanc. Les deux sont dans un piètre état. Il en manque eu moins un tiers et sont fissurés de partout. C'est pourtant eux qui sont ma raison d'être. Si je me bat et surveille Lucile, c'est pour que nous soyons les premiers à reconstituer notre cristal; le blanc et empêcher les autres de reconstituer le leur, le noir. Cela fait maintenant longtemps que Ombre et Lumière se battent pour retrouver leurs unités respectives.

Je me décourageais devant le nombre d'ennemis. Jamais je n'aurais finis ce combat en une demi[color=green]-[/green]heure ! Je me jetais pourtant dans la mêlée, moissonnant des bras, tailladant des torses, essayant de les mettre en fuite plus que de les tuer. Assez vite, je me suis aperçusm'aperçus que quelque chose clochait. Ces raffleurs, aussi nombreux soient-ils, n'étaient pas organisés du tout. Certains souffraient de blessures anciennes, d'autres toussaient entre deux attaques, il y avait même des raffleurs agés... Je combattais depuis une heure et je n'avais aucune égratignure, alors que s'il étaient là pour le cristal, je me serais déjà fait submerger. Nathan s'était rapproché de moi:
-Elle est bizarre cette attaque, elle n'a aucun sens.
-Je me disais exactement la même chose. Ce n'est pas logique, si il y a bien des êtres organisés[color=green], c'est ce sont[/green] les raffleurs.
-Mais qu'est ce qu'ils gagnent à nous retenir ici ? J'étais en pleine partie de League of Legend avec Kalyel !
Soudain, la lumière [color=green]s'est faite se fit [/green]dans mon esprit:
-Lucile.
Mon ami ouvrit des yeux immenses comprenant à son tour que cette attaque n'était qu'une diversion qui visait uniquement à m'éloigner de ma protégée. Mes yeux se tournèrent vers le sas. En effet, il y avait un groupe qui bloquait le passage. Pas de problèmes. Comme un bouton sur lequel j'aurai appuyé, le second cœur qui loge sous mon thorax s'activa. Plus question d'épargner qui que soit, je m'apprêtais à user de mes pouvoirs quand la main de Nathan se posa sur mon épaule:
-Garde ça pour ton combat sur Terre. Va, je te couvre.
A son tour son épiderme se mit à luire, la magie blanche d'Almaluz courant dans les veines de son deuxième cœur. Sa peau changea de couleur devenant grise, et en quelques secondes elle fut tout a fait transformé en granite. Les raffleurs s'immobilisèrent une demi seconde. Ce fut l'ouverture pour ma fuite et l'attaque de Nathan. En arrivant à la plateforme de téléportation, je jetai un regard en arrière. Presque tous mes coéquipiers étaient présent: j'aperçus Uriah, Esteban, Cléo, Cassandre et même Iris. Je réglai ma montre en a peine dix secondes et le combat disparut dans le flash qui m'emportait vers la banlieue parisienne. J'atterris sur le toit où j'avais laissé Lucile. Le cours d'art était fini depuis plus d'une demi heure. Je m'élançai sur le chemin de sa maison, que depuis je connaissais par cœur. Je traversai la ville en courant sur les toits, scrutant la rue faiblement éclairée par les lampadaires. C'est à cent mètres de sa maison que je [color=green]l'ai retrouvéela retrouvais... face à Morp. Ce gros lézard sournois est le commandent en chef des armées du château des Ombres. Il a dû décider que l'on est jamais mieux servi[stroke]s[/stroke] que par soit même. Dans ma précipitation, je glissai sur une tuile. Je vis Lucile qui s'envolait contre le mur de l'école avant de me rattraper au faîte du toit. J'eus mal pour elle. Le choc dû lui couper le souffle. Je me hissai de nouveau sur les tuiles pour voir Morp planter un truc à pompon rouge dans le cou de Lucile. Mais je vis aussi une trace rouge sur le mur. Là, il y avait urgence, elle était blessée. Je m'allumai comme une ampoule. Je m'apprêtai a foncer tête baissée dans le varan quand ma bonne conscience m'arrêta. Il avait Lucile sur les épaules, il valait mieux réfléchir a une autre solution, plus calme, pour ne pas le faire fuir. Du bout des doigts, je fit couler l'eau produite par mon second cœur, l'eau offerte par Almaluz. J'ordonnai à cette eau de refroidir jusqu'à ce qu'elle se solidifie complètement en un petit pic de glace.
C'est avec un sourire carnassier que je m'approchai de Morp. Occupé par son rituel de retour, il ne me vis pas. Certain de réussir mon coup, je lançai le petit javelot. Cible atteinte, cent point !! Le pied embroché, la bestiole s'immobilisa:
_Bonsoir, Morp. Tu ne pensais pas partir avec ma protégée sans que j'intervienne quand même ?
Il enrage. Ce que c'est bon de le voir s'énerver comme ça, je jubile: ce lézard n'a aucune patience. Tu as oublié de remettre aussi cette phrase au passé
_Tu n'étais pas censé être en mission ?
Sa voix gutturale me fichait tout de même des frissons. Surtout quand il crachait ses mots comme ça. J'entendis Lucile bafouiller quelque chose. Je ne sus pas ce qu'il lui avait administré mais elle planait totalement. Je me forçai a rester calme, ne pas bouger et juste gagner du temps. Je brulai de lui sauter dessus en hurlant « Rends la moi !! ». Mais je ne pouvais pas, il se serait enfui. Il valait mieux le faire parler, pour éviter un combat trop retentissant en plein quartier habité:
_Votre diversion n'a presque pas fonctionné !
Lucile venait manifestement de tomber dans les pommes. A ce moment là, j'ai eu peur que ce soit à cause de sa blessure à la tête, de quand elle avait rencontré le mur. Ce fut ce qui me décida pour passer à l'action.
Je pris appui sur le mur de l'école pour me propulser vers le haut. Je ramenai mes bras contre mon torse pendant mon saut périlleux. De chacun de mes doigts s'écoula mon eau. Quand je touchai a nouveau le sol, je me redressai juste derrière Morp. Je n'eus qu'a ouvrir les bras pour lancer dix pic gelés dans le dos du reptile. Il émit le pire grondement que j'avais jusque là jamais entendu. D'un bond, il se retourna vers moi et me lança Lucile. Surpris, je la rattrapai comme un manche. Mes genoux touchèrent le bitume assez violemment pour qu'il m'échappe un grognement de douleur. Morp dégaina sa cimeterre avec la ferme intention de m'ôter au moins un bras. Avec une rapidité plus que surprenante pour sa masse, il fonça vers moi. Bien qu'a terre, je n'eus même pas un mouvements de recul. Il avait encore mes pics plantés dans sa chaire. Or, mon pouvoir ne s'arrête pas à transformer en glace l'eau produite par mon second cœur. Je contrôle totalement cette eau, autant dans sa température que dans ses mouvements du moment qu'elle reste à moins de vingts mètres de moi. J'étendis mon bras devant moi, et fermai le poing. Le lézard s'immobilisa net. Normal, au moins un litre d'eau bouillante se répandit dans son dos, s'infiltrant sous ses écailles. Il hurla pour de bon avant de prendre la fuite sans un regard.
Bon, ça c'était fait. "
Il n'y a plus aucun problème avec le mot magique, pour tout dire je l'avais même oublié en relisant le texte.
En revanche, la vanne de Mathieu passe bizarre. Comme a dit Quentin, ça fait vraiment rajouté. En l’occurrence, ça fait même vraiment "salut, je suis le personnage comique, je balance ma vanne et vous n'entendrez plus parlez de moi avant le prochain chapitre", surtout que c'est le genre de blague qui sont à utiliser avec une grande modération étant donné qu'elles sortent complétement de l'histoire. Je pense donc que ce n'est pas la formulation de la vanne qui est à changer, mais plutôt qu'à ce moment-là une vanne directement ancrée dans l'histoire serait moins gênante (même si, forcément, un peu moins drôle, mais il faut parfois choisir entre raconter de la fantaisie à but sérieux ou parodique dans ce genre d'histoire, je sais c'est chiant dit comme ça).
Et pour finir sur un point positif : tu as vraiment réussi à nous rendre Lucile beaucoup plus sympathique, bravo ! J'avais beaucoup plus envie qu'il la sauve maintenant ! Smile

Voilà voilà, j'espère qu'avec tout ça tu me pardonneras ne serait-ce qu'1/10ème de ma BD à la con Wink

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Luce le 5/4/2012, 22:45

T'a BD est toute pardonnée =D

J'espère que je ne fais chier personne avec mes gros pavés, mais a part vous, je ne sais pas à qui je peux les montrer. Quentin ne me parait pas autant objectif que vous, surtout que lui il sait a quel point je déprime quand je relis mes textes...

Donc je veux que tu sache Fou, à quel point ça me fait plaisir et ça m'aide ! (juste, je sais pas d'où tu sors le nom "Mathieu", mais c'est pas grave, j'ai quand même compris xD)
Loove
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Fou le 6/4/2012, 07:15

Argh, désolé ! Je parlais bien de Théo, tu l'auras deviné !

Pourquoi tes pavés nous feraient-ils chier ? C'est le principe du forum, on est là pour lire les créations des autres, quelles soient longues ou courtes, et si on trouve le texte un peu gros, on met généralement un peu de temps avant de trouver le temps de lire, mais c'est pas grave !
C'est comme si à une soirée Caroline, tu nous disais "j'espère que je fais chier personne à préparer mes crêpes". Ce à quoi je répondrais : "non, et j'en veux encore !" Very Happy

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mieux vaut croquer la vie à pleines dents que vivre ses dents pleines à croquer (ce qui ne veut strictement rien dire).
avatar
Fou
Admin

Nombre de messages : 5335
Age : 25
Localisation : Au beau milieu de nulle part, puis à droite sur 500 mètres
Date d'inscription : 02/03/2008

http://www.tomberduciel.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Oline02 le 11/4/2012, 16:42

C'est vrai que ça se passe un peu vite pour un début, surtout au niveau de l'escalade des combats... Mais bon l'univers a l'air cohérent et bien pensé (le passage avec la montre-portail c'était carrément géant Tu cartonnes ). Moi ce que j'attends, c'est comment tu vas négocier pour faire changer le point de vue en cours de récit car je trouve ça très ambitieux, je suis trop impatiente! ^^
avatar
Oline02
Intégré

Nombre de messages : 52
Age : 24
Localisation : Ca dépend des jours... semaine ou week end?
Date d'inscription : 11/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Luce le 11/4/2012, 20:37

Dis donc Oline, ça me fait franchement plaisir que tu laisse une trace de ton passage ici =D
Pour te répondre, je vais pas me casser la tête. Chaque personnage aura ses chapitres et ils s'alterneront régulièrement...
Faut dire que j'ai a peine quatorze pages d'écrites et trois pages de textes pas encore placés. Je ne suis pas très avancée et c'est une vrai boulot de longue haleine donc j'espère progresser au cour de l'écriture =)
avatar
Luce
Amis Artiste

Nombre de messages : 626
Age : 24
Localisation : Quelque part entre le ciel et la terre...
Date d'inscription : 29/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore et toujours New/Fantasy

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum